jeudi 26 juin 2014

CHÂTEAU DE FAÎTE

LE CHÂTEAU DE FAÎTE (88)

638 ANS D’ ACTIVITÉ MILITAIRE


SITUATION

Le Château de Faîte ou du Haut de Faîte surplombe à 884 mètres le col de SAINTE-MARIE emprunté par la route qui relie SAINT-DIE-DES-VOSGES à SELESTAT. Il est implanté sur la commune de WISEMBACH (88), seule commune du département des Vosges à posséder une toponymie germanique.

Les Alsaciens appellent ce château HOHENFIRST, un nom qui n'a aucun fondement historique.


HISTOIRE

Construit sur l'ordre de Thièbaut II de Lorraine en 1306, le château est alors appelé CHÂTEL-SUR-FAÎTE. Comme le HAUT-ECHERY, son rôle est d'assurer la sécurité des mines d'argent de SAINTE-MARIE-AUX-MINES, mais aussi de celles de LACROIX AUX MINES sur le versant lorrain de la montagne. La dernière mine de cette commune fermera en 1958.

Un châtelain est chargé de percevoir un péage au passage du col. On ignore si le château était encore habité quand en 1674, le duc de lorraine CHARLES IV, qui a été chassé de NANCY par les Français, essaie pour la quatrième fois de reprendre son trône à l'occupant. Revenant d'un exil en Franche-Comté à la tête d'une armées composées notamment de mercenaires suisses, CHARLES IV s'empare du château et s'y retranche. Agissant sous les ordres de TURENNE, Le comte de BOURLEMONT tente de l'y déloger sans succès. Charles IV victorieux fait un nombre impressionnant de prisonniers. Malheureusement, cette victoire ne lui permettra pas de reconquérir son trône.Il décède en 1675 et il faudra attendre 1697 pour que la Lorraine retrouve son indépendance avec le duc LEOPOLD .

A la révolution, le château est en ruines. Il est vendu comme bien de la Nation à un habitant de WISEMBACH qui va l'exploiter comme carrière de pierre.

1914, première guerre mondiale. La vielle forteresse va reprendre du service. Les français transforment les lieux en casemate. Allemands et Français s’entre-tueront pour la possession des lieux.

19 juin 1940, le site est occupé par le 230° Régiment de Fortification. Il sera délogé par les allemands qui occuperont les lieux jusqu'à ce que le 142° Régiment d'Infanterie américain ne les en déloge en 1944.


ETAT ACTUEL

Les vestiges d'origine médiévaux sont insignifiants. Le site est assez dangereux à visiter car en dehors du sentier qui le traverse, il truffé de galeries souterraines et de pièces métalliques fichées au sol et faisant saillie bien cachées dans la végétation.

Des casemates secondaires ont été construites à proximité de la ruine en employant les pierres du château.

ACCÈS



On parvient à la ruine en empruntant un sentier en forte rampe qui mène du col au sommet de la montagne. Son départ se situe près d'un restaurant à proximité de la pancarte indiquant le cimetière militaire.



VUES DU SITE



  

Croquis du site


 Casemate du XX°siècle construite avec les pierres du château




Entré actuelle et emplacement supposé du donjon



Vestiges de mur médiéval 




 La base de l'enceinte affleure en bordure de l'abîme



 Cône d’éboulis




vestige médiéval


Fossé




Abri 14/18




Le même fossé vu dans l'autre sens. Entrée d'une galerie 14/18



Reste de blockhaus



Vue des lieux au lendemain du premier conflit mondial (collection particulière)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire