vendredi 8 août 2014

CHÂTEAU DE LUTZELBOURG

LE CHÂTEAU DE LUTZELBOURG (57) :

FIEF MESSIN AUX PORTES DE L'ALSACE

SITUATION

Le château de LUTZELBOURG se trouve sur la commune de LUTZELBOURG (57), il surplombe la localité à 322 mètres d'altitude.


HISTOIRE

L'origine du château de LUTZELBOURG est inconnue. Il existe au XI° siècle, établit sur une terre propriété de l'abbaye de MARMOUTIER (67) relevant de l'évêché de METZ. Au début du XII° siècle, la place est enlevée par Pierre de MONCION qui va devenir le premier comte de LUTZELBOURG. Dès 1143 cette famille s’éteint, le château revient à l'évêque de METZ Étienne de BAR qui l'inféode à Folmar de METZ.
En 1151 le duc MATHIEU Ier de LORRAINE s'empare de la place, il s'en suit un long conflit avec son ennemi héréditaire. Au début du XII° siècle le château est tenu par Hermann de LUCELBURCH, vassal de l'évêque de STRASBOURG et qui fondera la deuxième famille de LUTZELBOURG.

En 1235 Bouchard de GEROLDSECK-ES-VOSGES s'empare du château. L'évêque de METZ Jean d'APREMONT est décidé à reprendre la forteresse et son neveu Geoffroi d' APREMONT assiège la place. Le sire de GEROLDSECK est fait prisonnier et ses terres de LORRAINE et d'ALSACE sont confisquées par le prélat.
En 1344 le château sera engagé aux comtes de LA PETITE PIERRE et aux WASSELNHEIM, puis aux FENETRANGE, ce qui sera le début d'une longue série d' harengères. Le château va devenir un « ganerbiat », une association de plusieurs seigneurs luttant pour la même cause.
En 1410 l'évêque de METZ Raoul de COUCY engage la moité du château au duc de LORRAINE CHARLES II, l'autre moitié à l'évêque de STRASBOURG GUILLAUME de DIETS. La série d' engagères va encore se poursuivre...

Au XVI° siècle le château est devenu un repaire de brigands.

Le 7 mai 1525 l'électeur palatin LOUIS LE PACIFIQUE et l’électeur de Tèves RICHARD GREIFENKLAU de WOLFRAT marchent sur l'Alsace. Ils s'y livrent au massacre des population et au pillages. Le châteaux. LUTZELBOURG est assiégé, pris, livré aux flammes et démantelé. Il ne sera jamais relevé.

En 1525 le duc de LORRAINE ANTOINE mâte la révolte des Rustauds. Il ne pardonne pas la destruction du château qui appartient à son frère l'évêque de METZ. C'est le duc CHARLES III qui va racheter les ruines en 1583. Au traité de RYSWICK en 1697, LUTZELBOURG n'est pas restitué à la LORRAINE mais devient français.

Le 20 septembre 1827, la ruine est vendue par l’État à Monsieur Jean SELTIER de LUNEVILLE. Des fouilles y sont entreprises et un grand nombre d'objets furent ainsi découverts.

En 1840 Monsieur Adolf GERMAIN, notaire sauve le château de sa complète destruction. La compagnie du chemin de fer de PARIS à STRASBOURG envisageait d'utiliser les pierres du château pour la construction de sa ligne. 

Le château est racheté en 1909 par M. Eugène KOEBERLE qui y fera édifier un pavillon pseudo-roman qui existe toujours.

Le château est classé Monument Historique en 1930. Depuis 1977 les ruines appartiennent à la commune de LUTZELBOURG.

ETAT ACTUEL

Le château possède des ruines majestueuses avec ses deux donjons et ses impressionnantes courtines. Il a fait l'objet d'une excellente restauration. Depuis quelque temps des chèvres circulent librement dans les ruines.

ACCÈS



Suivre la route menant à HULTEHOUSE jusqu'à l'embranchement d'une petite route qui mène devant la porte du château.


VUES DU SITE



Plan du château




LUTZELBOURG, gravure allemande du XIX° siècle (collection personnelle)




Le château et la vallée de la ZORN en 1984




L'entrée principale




Vestiges du châtelet d'entrée






Le pont d'entrée




Vue intérieure de la porte en 1984




Le même endroit en 2014




Rails de guidage des chariots




Vue générale intérieure




Le logis du XII° siècle




Le grand donjon en 1984




Le grand donjon




Le donjon pentagonal en 1984




le même en 2014




Grand donjon et entrée secondaire




le pavillon du XX° siècle 




Salle aux abords de ce même pavillon




Entrée du corps de garde




Au bord du rocher




Courtine Est





Logis




Façade Ouest du grand donjon




Dans la grande cour




Vers la Lorraine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire