lundi 29 septembre 2014

CHÂTEAU DE SALM

LE CHÂTEAU DE SALM (67) :


POUR LA SÉCURITÉ DES MINES ET DES FORGES DE GRANDFONTAINE


Le château de SALM est aussi appelé SALM SUPÉRIEUR, en opposition au SALM LANGENSTEIN situé à PIERRE-PERCÉE (54). S'il est aujourd'hui situé depuis 1919 sur le territoire du Bas-Rhin par le fait des vicissitudes de l'histoire, nous avons là bien affaire à un château purement lorrain, d’ailleurs le spécialiste des châteaux médiévaux Nicolas MENGUS ne s'y est pas trompé en rattachant cette ruine au département des Vosges dans son ouvrage sur les forteresses de Lorraine.


SITUATION


Le château de SALM se trouve sur la commune de LABROQUE (67) en territoire de la Principauté de SALM-SALM, à 809 mètres d'altitude.


HISTOIRE


Le château est construit entre 1205 et 1225 par le comte HENRI III de SALM. Celui-ci est voué autoproclamé de l'abbaye de SENONES (88). Le château est érigé sur une terre senonaise, sans qu'un accord préalable ou un achat de la terre ne soit intervenu. HENRI IV, fils du précédent va moderniser les forges de FRAMONT qui traitent les minerais exploités à GRANDFONTAINE (67), au pied du château. Cette industrie constituera la principale ressource du comté, puis de la principauté. HENRI IV est contraint de vendre le château à l'évêque Jacques de METZ qui l'inféoda en retour à la famille de SALM. Au décès du prélat, les SALM s'empressèrent de signer un accord avec l'abbé de SENONES et recouvrèrent l'entière jouissance de leurs biens.

Un poème épique lorrain de 4590 vers évoque de célèbre tournoi de CHAUVENCY durant lequel toute la noblesse lorraine participera. Cette épopée est rapportée par le trouvère Jacques BRETEL qui séjournera plusieurs jours au château de SALM en 1285.




Jean IV de SALM


En 1366 Jean III de SALM achète la basse vallée de la Bruche et fortifie le château. La tour-bouclier daterait de 1400. Les murs extérieurs du château sont peints et les fenêtres reçoivent des vitres en lieu et place des feuilles de parchemin huilées habituellement en usage. Néanmoins, la forteresse n'accueillera les membres de la famille de SALM qu'épisodiquement, ceux-ci préférant leur résidence de BADONVILLERS ou de PIERRE-PERCEE (54). Depuis le XIII° siècle, la forteresse est généralement la résidence d'un prévôt qui entre autre rend la justice au nom du comte. En 1410, la château est engagé pour un quart par le comte JEAN V à Philippe de NORROY. En 1475, le château a souffert du conflit opposant CHARLES LE TÉMÉRAIRE duc de Bourgogne à RENÉ II duc de LORRAINE. A la fin du XV° siècle, la place n'est plus entretenue et tombe lentement en ruines.

En 1622 PHILIPPE OTHON, Rhingrave de SALM visite les ruines. Cet acte est renouvelé en 1779 par le prince CONSTANTIN ALEXANDRE de SALM-SALM, dernier prince régnant avant le rattachement de la principauté à la France en 1773. Un bas relief de la contre escarpe du château commémore cette visite.

Les ruines sont classées Monument Historiques le 6 décembre 1898 par les autorités allemandes.

Durant le premier conflit mondial, le château se SALM est intégré dans le système de défense du DONON. L'armée allemande s'y installe. Elle est prise sous les tirs de d'artillerie française, causant des dégâts irréversibles au monument.
Depuis 2004, une association de passionnés de LABROQUE, LES VEILLEURS DE SALM, œuvrent au dégagement et à la restauration de ce monument.


ETAT ACTUEL


Le château s’étend sur une surface approximative de 60 ares. Le principal vestige en est une tour d'artillerie partiellement ovale arasée au niveau du premier étage, une citerne voûtée et diverses murailles. Un rocher supportait un donjon qui a entièrement disparu.


ACCÈS



Depuis GRANDFONTAINE, suivre la direction indiquées de SALM. Au sommet de la route, peu avant une ferme, laisser le véhicule et atteindre le château à pieds après 30 minutes par un sentier fléché en rampe constante.


VUES DU SITE



Plan des ruines




Les ruines sur un dessin ancien




Essai de reconstitution (collection personnelle)




ATTENTION, Les ruines sont sous la garde d'un dragon!!




Le sentier médiéval possède des escaliers taillés dans le grés





Cet escalier mène au cœur du château




Le rocher où s'élevait la tour HENRI III




Une ogive émerge du sol




Sous la tour HENRI III




Sur le rocher de la tour HENRI III




Le Donon




Chantier de fouilles





Les logis




La citerne




La tour d'artillerie vue en 1974




Même lieu en 2014




Face Sud de la tour en 1974




Vue en 2014




L'intérieur de la tour




Face Ouest de la tour




Support de gond 




La porte cochère




Depuis le fossé




Le rocher de contrescarpe




Le bastion Nord



Le bas relief

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire