dimanche 19 octobre 2014

CHÂTEAU D'ENGELSBOURG

LE CHÂTEAU D'ENGELSBOURG (68) :


FORTERESSE BOURGUIGNONNE


SITUATION


Le château d'ENGELSBOURG domine la ville de THANN (68) à 450 mètres d'altitude. La ruine est communément appelée ŒIL DE LA SORCIÈRE.

HISTOIRE


Le château de DANNE tel qu'on l'appelait à l'époque voit le jour au XI° siècle avec l'arrivée de Frédéric de MONTBELIARD. A cette époque il est question de deux châteaux : le vieux château (voir DRACHENFELS) et le nouveau château dit CHATEAU-NEUF. Ce dernier est cité en 1236.
Bien plus tard le château prendra le nom d' ENGELSBOURG (CHATEAU DE L'ANGE). Il deviendra un fief d'empire. L'empereur partagera ses droits avec l'évêque de STRASBOURG ce qui ne sera pas du goût d'Ulrich de FERRETTE héritier des MONTBELIARD. Finalement le château sera donné en fief aux FERRETTE par l’évêque de STRASBOURG Henri de STAHLECK. Le crime de parricide dont s'est rendu coupable un comte de FERRETTE (voir château de FERRETTE) va changer la donne et le château échoit à l'évêque de BÂLE Henry de NEUFCHATEL, issu d'une grande famille bourguignonne qui maintiendra Thibaut de FERRETTE comme châtelain. Celui-ci fera édifier la chapelle castrale en 1308. A l'extinction des FERRETTE, toutes leurs possession reviennent aux HABSBOURG d'Autriche qui placent le château sous la garde d'un gouverneur. En 1346 celui-ci est Guillaume de LUPFEN. En 1469 Sigismond d'AUTRICHE engage le château et la ville de THANN à CHARLES LE TEMERAIRE. Le 13 mai 1470 Pierre de HAGENBACH bailli bourguignon prend possession du château. La place est dans un état de délabrement avancé et des restaurations et modernisations s’avèrent nécessaires. Les derniers occupant de la forteresse, la famille de REICHENSTEIN s'étaient livrés à un pillage en règle des lieux, emportant tout le mobilier...
A ses frais, HAGENBACH va adapter le château à l'artillerie et en faire une redoutable citadelle au point qu'il s'y ruinera. Il va alors taxer abusivement les bourgeois de THANN qui vont se révolter et assaillir le château. Le bailli Antoine de MONTREUX qui commande de château repoussera l'attaque le 3 juillet 1473 et bombardera la ville qui va capituler. HAGENBACH ordonnera des arrestations en masse et une trente otages devait être décapités en place publique. Une négociation va réduire le nombre de suppliciés à quatre. Début 1474 CHARLES LE TEMERAIRE séjourne à l'ENGELSBOURG. Les HABSBOURG voulurent racheter leur engagère, mais le duc de Bourgogne refusa. HAGENBACH qui avait pris la tête d'une bande de soudards ravageait la région. Il tomba dans une embuscade, fut fait prisonnier et rapidement exécuté sommairement, décapité de nuit à NEUF-BRISACH le 9 mai 1474. Le château rentrait dans le giron Autrichien.

(collection personnelle)

En 1525 c'est la révolte des Rustauds. A THANN ils furent dispersés sous le tirs des canons de l'ENGELSBOURG. Le 30 décembre 1632 les troupes impériales s'installent au château qu'ils renforcent. Le 3 mars 1634, ils sont écrasés par les Suédois à WATTWILLER. L'ENGELSBOURG sera ensuite occupé par les troupes de CHARLES IV de Lorraine, eux même chassés par les Français avant d'y être délogés par le retour des impériaux. A la fin de cette tuerie, l'Alsace devient française et placée sous la gouvernance d’Henri de LORRAINE, comte d'HARCOURT. La Fronde éclate, d'HARCOURT ne sait s'il doit rejoindre les frondeurs. Il installe une garnison à l'ENGELSBOURG commandée par Jean-Christophe de GRUEN. C'est alors que les troupes du maréchal de LA FERTE entrent en Alsace avec mission de détruire toutes les places frondeuses. Le 6 avril 1654 les armées royales s'installaient au château qui est donné au cardinal de MAZARIN. La guerre de Hollande éclate et LOUIS XIV ordonne la destruction des places fortes pouvant lui nuire. En 1673 l'intendant PETRO DE PONCET ennemi des MAZARIN produit un faux mémoire laissant entendre que l'ENGELSBOURG représentait un danger pour le roi. Avec la complicité du duc d'ENGHIEN et du prince de CONDE, LOUIS XIV donna un avis favorable au démantèlement. PETRO DE PONCET fit venir des mineurs de GIROMAGNY (90) pour faire sauter le château. Après deux tentatives infructueuses, une troisième allait faire éclater le donjon qui se souleva et retomba en plusieurs morceau créant ainsi l'insolite « œil de la sorcière » .

Les ruines furent propriété des GRIMALDI de MONACO jusqu'à la Révolution. L'ENGELBOURG appartient aujourd'hui à la commune de THANN.

Classé Monument Historique le 6 décembre 1898.

ETAT ACTUEL

Les ruines ont fait l'objet d'une restauration récente. La tranche de donjon en constitue le principal vestige. Des murailles plus ou moins informes complètent les vestiges qui sont assez insignifiants mais qui ils attirent tout de même  de nombreux visiteurs.

ACCÈS



Soit depuis le parking du château après 15 minutes de marche par un large chemin, soit un montant l'escalier depuis la vielle ville. Cet itinéraire semble néanmoins abandonné et n'est plus entretenu.

VUES DU SITE



Plan des ruines




Reconstitution (collection personnelle)


A présent quelques vues prises en 1974, quand les vestiges étaient mangés par la végétation




L'ENGELSBOURG vu depuis une rue de THANN




Ce qui était visible




Vue Est




Voulez-vous une tranche de donjon ?


LE CHÂTEAU EN 2014




Vue générale




La montée et vue vers l'usine chimique et VIEUX-THANN




Éboulis




Premières murailles




Arrivée au château




Vers les parties hautes




Rempart Sud




Première plateforme




Vestige principal, comparez avec la vue de 1974...




Les logis




Mur Est du logis




Détail du logis




Logis et donjon




Vue Ouest des logis




Vue Est du donjon




Donjon côté Ouest




Coté Sud, notez la meurtrière désormais horizontale


Seconde plateforme






Courtine Sud




Courtine Nord et butte où se cache le DRACHENFELS




Dans l’œil de la sorcière

1 commentaire:

  1. Très bonne série d'articles. Les photos en particuliers :)

    RépondreSupprimer