mardi 2 juin 2015

CHÂTEAU D'ORTENBERG

LE CHÂTEAU D'ORTENBERG (67):



TÉMOIN DE MASSACRES SANGLANTS  




SITUATION




Le château d'ORTENBERG aussi appelé ORTENBOURG se trouve sur la commune de SCHERWILLER (67). Il se dresse à 443 mètres d'altitude à l'ouverture de la vallée de SAINTE-MARIE-AUX-MINES.



HISTOIRE



La construction du château est due à Werner d'ORTENBERG aux alentours de l'an 1000. Les ORTENBERG sont des ETICHONIDES. Ils fonderont l'abbaye de HONCOURT à SAINT-MARTIN (67). Le château passe en 1162 aux HOHENBERG-HAIGERLOCH famille apparentée à l'empereur Frédéric Barberousse de HOHENSTAUFFEN . Les châtelains participeront aux croisades aux cotés de l'empereur. En 1254, Albert de HOHENBERG est l'époux de Gertrude de HABSBOURG, sœur du futur empereur Rodolphe. Albert fait don de l'ORTENBERG à son beau-père. Mais la forteresse est délabrée et d'importants travaux de réhabilitation débutent en 1258. L'on va construire la haute chemise du donjon toujours visible. Les travaux sont entravés par un conflit entre l'empereur et l'évêque de STRASBOURG Guillaume de GEROLDSECK. En 1262, Hermann de GEROLDSECK, frère du prélat envahit la région et se livre à des massacres de population alors que le froid et la neige sévissent. La paix retrouvée, Rodolphe de HABSBOURG accède au titre d'empereur romain germanique le 31 octobre 1273. Il va alors déserter l'ORTENBERG qui sera confié à des chevaliers. En 1282 celui-ci se nomme Louis d'AMOLTERN. A la mort de Rodolphe de HABSBOURG, le château est confié à l'évêque Conrad de LICHTENBERG. 


Otton d'OCHSENTEIN renie ses attaches envers les HABSBOURG et met le siège au château en 1293. Il va faire construire le château de RAMSTEIN (voir ce nom) mais aussi un autre château à SCHERWILLER pour servir de base fortifiée au siège. L'ORTENBERG tombera et un  arbitrage réglera le conflit. Le château est vendu par la Maison d'Autriche en 1314 à la famille de MULLENHEIM qui conservera la place durant presque deux siècles. Au XV° siècle le château devient le siège d'un ganerbinat. Parmi les membres de celui-ci se trouve un nommé Hans VOM WIGER, lequel est le chef d'une bande de malandrins qui va écumer la région. Un certain Henri MEY se distinguera le 18 septembre 1461  en attaquant sept commerçants Bâlois près de MARKOLSHEIM et qu'il va mettre aux fers à l'ORTENBERG. Le magistrat Bâlois ordonnera une levée de troupes dans le but de délivrer les prisonniers. L’évêque de STRASBOURG pris peur et investit préventivement le château. VOM WIGER libérera les prisonniers et devra faire amende honorable. Mais cet épisode ne mis pas fin à ses activités.
Le 31 mars 1469, le grand-duc Sigismond d'Autrichen engageait ses possessions Alsaciennes au duc de Bourgogne pour la somme de 80 000 florins or. Charles de Téméraire place alors un homme de confiance pour administrer ses nouveaux domaines: Pierre de HAGENBACH (voir château d'ENGELSBOURG). Le bailli bourguignon voulu faire cesser les activités illicites des occupants de l'ORTENBERG. Il ne regarda pas aux moyens. Le 17 novembre 1469, 1200 hommes levés en Bourgogne sous les ordres de Jean de NEUFCHATEL auxquels s'ajoutaient 2810 hommes à pieds et 610 autres forestiers fournis par les états de Haute Alsace et enfin une cavalerie de 449 chevaux placée sous les ordres de Guillaume de RIBEAUPIERRE appuyée par l'artillerie bourguignonne armée de veuglaines investirent la région. Le château fut cerné et il tomba le 21 novembre. Charles de Téméraire se montra heureux d'avoir conquis cette redoutable forteresse dont il espérait faire un point d'appui dans son projet d'invasion de la Lorraine. Le 23 novembre 1470 Louis ZORN DE BULACH était nommé capitaine du château. Les bourguignons vont entièrement restaurer la place, mais la chute de Pierre de HAGENBACH en avril 1474 marquait la fin de l'occupation dijonnaise. Le 19 avril les troupes Strasbourgeoises investissaient l' ORTENBERG qui allait être rendue aux sires de MULLENHEIM.


Les nobles de ZORN DE BULACH



Le 5 avril 1477 Charles de Téméraire perdait la vie à NANCY. Le château allait connaître une paix relative jusqu'à la guerre des Rustauds où il sera témoin des massacres de SCHERWILLER commis par l'armée Lorraine du duc ANTOINE LE BON.
Le 11 novembre 1551 Nicolas de BOLLWILLER achetait la vallée et plaçait la famille de RATHSAMHAUSEN au château. En 1588 la place est aux mains de Jean-Ernest FUGGER.

Au cours de la Guerre de Trente-Ans, le château est conquis par le général suédois Gustave HORN et remis à son roi qui l'inféode à Bernard de CHAFFOLITZKY. Le château sert de caserne aux suédois qui ne tardent pas à devenir les victimes une guérilla  menée par les populations locales révoltées. Le 27 mai 1633 le rhingrave Jean-Philippe rassemble un corps d'armée à DAMBACH-LA-VILLE. Celui-ci brûle méthodiquement les villages, massacre les habitants et ordonne la destruction des châteaux d'ORTENBERG et de son voisin le RAMSTEIN.
Après le traité de WESPHALIE en 1648, le roi LOUIS XIV rendra les ruines à la famille FUGGER. La seigneurie d'ORTENBERG fut élevée au rang de baronnie en 1686, puis de comté en 1692. En 1710, les ruines appartiennent à la famille de CHOISEUL qui les conservent jusqu'à la Révolution. Au XIX° siècle, le château appartient au baron Mathieu de FABVRIER. C'est aujourd'hui une propriété communale.

Le château est classé Monument Historique en juillet 1924.

ETAT ACTUEL
L’archère cruciforme



Bien que de dimension moyennes, la ruine est grandioses avec son donjon haut de 32 mètres accolé à son mur bouclier haut lui-même de 20 mètres. Au dessus de la porte d'entrée se trouve une archère cruciforme malheureusement masquée par un lierre envahissant. Le palais présente des fenêtres gothiques de toute beauté. Les communs et la basse-cour sont peu accessibles car encombrés de bosquets.



ACCÈS



Entre CHATENOIS (67) et SCHERWILLER, dans un virage à angle droit, emprunter une petite route qui mène à un hôtel situé sous les ruines. Suivre à pied le sentier balisé qui mène aux deux châteaux de RAMSTEIN et d'ORTENBERG (45 minutes de marche). Le sentier en rampe est par endroit rendu délicat à cause des nombreuses racines d'arbres affleurantes. La fin du sentier très pentu est malaisé voire dangereux du fait  d'une multitude de cailloux ronds qui roulent sous vos pieds...


VUES DU SITE



Plan du château (collection personnelle)




Reconstitution (collection personnelle)




Le RAMSTEIN et l'ORTENBERG




Vue rapprochée du château




Vue générale au travers des arbres




Le palais vu coté Ouest




Donjon et bouclier coté ouest




Le fossé




Le mur bouclier vu du fossé




Donjon face Est




La porte avec l'archère cruciforme masquée par le lierre




Le palais vu de la basse-cour




le mur d'enceinte ( point n°6 du plan)




la porte du palais





Intérieur du palais




Baie gothique




fenêtre d'angle




Une cheminée




Vers le donjon




Donjon et bouclier coté Est




Le donjon vu en élévation




Le mur du casernement




Vue intérieure du donjon




Détail sur la porte d'accès au donjon




Sommet de la tour




Mur Ouest




Une baie




Vue vers la vallée de Sainte-Marie-Aux-Mines et
sur le château de RAMSTEIN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire