vendredi 5 mai 2017

LE CHATEAU DE HUNAWHIR

LE CHÂTEAU DE HUNAWHIR (68):

POSSESSION DEODATIENNE


CHÂTEAU dirons certains, non église fortifiée...

Pourtant, à l'origine, c'est bien d'un château-fort qu'il s'agit. En fait l'église a été érigée plus tard au milieu de l'enceinte fortifiée.

SITUATION

Le château de HUNAWHIR domine le village du même nom à environ 295 mètres d'altitude.


HISTOIRE

SAINT DEODAT évêque de NEVERS traverse l'Alsace au VII° siècle afin de l’évangéliser. Il se lie d'amitié avec le couple nobles HUNON et HUNA qui lui assurent le gîte et le couvert. Il est hébergé dans leur château qui deviendra HUNAWHIR. Parfois il rencontre de l'hostilité alors il fait des miracle comme celui de rendre bossu et boiteux tous le nouveaux nés du village concerné....



L'abbaye de SAINT-DIE

Enfin c'est ce que la légende dit. DEODAT décide de s'enfoncer dans la montagne vosgienne et fonde un ermitage (qui existe encore) sur les bords de la Meurthe dans un lieu qu'il nomme Val de Galilée et qui deviendra SAINT-DIE. HUNON et HUNA ravitaillent l’Hermite au moyen de caravanes. Un jour un loup mange l'un des ânes du convoi. Qu'importe, DEODAT condamne le loup à remplacer l'animal qu'il avait mangé... 

HUNON et HUNA auront un fils baptisé par DEODAT au nom de DIEUDONNE. HUNA mènera une existence pieuse et s'éteindra en 679. Elle sera canonisée en 1520.

Le château sera modernisé au cours des siècles. Au début du XII° siècle HUNAWHIR officiellement rattaché à l'abbaye de SAINT-DIE va connaître un destin lorrain. Cette décision prise par l'empereur Frédéric 1er BARBEROUSSE entérine une précédente décision de l'évêque de BÂLE (CH). A partir 1150 une construction en pierre remplace le château en bois.

Le château tenu par la famille de HUNAWHIR est détruit en 1291 par les colmariens. Il sera relevé. Une chapelle castrale existe depuis déjà longtemps dans la forteresse. Les sires de HUNAWHIR sont sous tutelle de la famille de RIBEAUPIERRE, elle même vassale des ducs de lorraine. Les HUNAWHIR s'éteignent après 1302. Au XIV° siècle on érige les fortifications encore visibles de nos jours.  un nouveau donjon sera construit en 1490.





Les sires de HUNAWHIR


Le duc THIEBAUD II de Lorraine inféode le château à la famille de HORBOURG en 1324. Le duc FERRY IV LE LUTTEUR donne la place à Ulrich de WURTEMBERG. CHARLES II la confie à la famille de GIRSPERG. A partir de 1534 un pèlerinage à SAINTE HUNE ( autre nom de HUNA) qui vient d'être canonisée va voir le jour. C'est alors que la chapelle castrale devenue trop petite va s'étendre au détriment des logis seigneuriaux et du donjon pour devenir une véritable église destinée à accueillir les reliques de la sainte, reliques aujourd'hui disparues.

En 1525 la révolte des Rustauds provoque l'intervention des armées lorraines qui vont se livrer aux massacres déjà souvent évoqués sur ce blog.

En 1610, épidémie de peste. Durant la guerre de trente-ans la région va subir les exactions de la soldatesque. L’enceinte castrale encombrée par l'église ne pouvait abriter utilement les populations. Avec le XVII° siècle HUNAWHIR va prospérer grâce à ses vins écoulés entre autres sur les marchés de la Hanse.  

HUNAWHIR sera redevable de la dîme à l'abbaye déodatienne jusqu'à la Révolution.

Le site fortifié est classé monument Historique en 1929.



ÉTAT ACTUEL

Les ruines de l'enceinte fortifiée entourent l'église et une partie du cimetière. On peut encore voir la porte fortifiée du château.

ACCÈS

L'église et ses remparts dominent le village. Malheureusement les possibilités de parking à proximité des lieux sont nulles.


VUES DU SITE



Croquis des lieux affiché sur place



Vue générale rapprochée



Vue d'ensemble



La porte fortifiée



Clocher et rempart



Les tours Est




Tour d'angle Sud-Est




même tour vue de l'intérieur de l'enceinte




Postes de tir



Bouche à feu



archère



Parvis de l'église, emplacement des logis seigneuriaux




Intérieur de l'église



Depuis l'église on jouit d'une vue magnifique sur les châteaux 
de SAINT-ULRICH, GIERSBERG et
HAUT-RIBEAUPIERRE 
(voir ces noms)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire