samedi 22 juillet 2017

CHÂTEAU DE SAINT-MIHIEL

LE CHÂTEAU DE SAINT-MIHIEL (55):

LE ROI LOUIS XIII FAILLIT ETRE TUE LORS DE SON SIÈGE

SITUATION

Le château de SAINT-MIHIEL se trouve sur la commune de même nom. Il domine la ville à 290 mètres d'altitude au sommet de la colline dite "Des Capucins". 


HISTOIRE

Le château voit le jour au XI° siécle, suite à la volonté de la comtesse Sophie DE BAR, épouse de Louis de MOUSSON. Cette naissance est contemporaine de la querelle des investitures. Louis de MOUSSON soutient alors le pape GREGOIRE VII contre l'empereur HENRI IV. Il est appuyé dans sa position par l'abbé de SAINT-MIHIEL SIGEFROI qui se met alors en conflit avec l'évêque de VERDUN. Les époux constructeurs du château s'éteignent en 1092. L'abbé UDARIC achète la forteresse au compte RENAUD DE BAR. La vie du château sera mouvementé, plusieurs fois détruit et reconstruit. Au XIII° siècle la peste fait des ravages. De plus le belliqueux sire de PIERREFORT en profite pour piller la contrée. SAINT-MIHIEL va se fortifier. Les remparts de la ville rejoignent le château qui possède alors trois tours et un énorme donjon triple tourné vers la ville. Au traité de BRUGGES en 1301, SAINT-MIHIEL fait partie du BARROIS NON MOUVANT.

Lorsque le duc de Lorraine RENE Ier unificateur des duchés de Lorraine et de Bar entre en ville, il délaisse le vieux château et préfére loger dans un manoir situé en ville et nommé "Maison du roi", achetée à Jean DE MANDRES, seigneur de MANDRES AUX QUATRE TOURS - voir ce nom. Les duc de Lorraine séjourneront dans ce manoir jusqu'au règne de CHARLES III qui y installe un bailli. Celui-ci exerce un pouvoir dit de ''Justice retenue'' au nom du duc de Lorraine. Cette jurudiction dite "COUR DES GRANDS JOURS" est rattachée à la Cour souveraine de NANCY supprimée en 1751 par le roi STANISLAS. Les baillis seront Collignon DE KOEURS (1269), Jehan DE CONDE (1340) Jean Des ARMOISES (1402), Jean De LENONCOURT ( 1495), Jacques Du CHÂTELET (1533), René de BEAUVAU (15643), Pierre de WATRONVILLE ( 1557). Puis aux XVI et XVII° siècles, Louis-Théodore de WATRONVILLE, Enard-Florent du CHÂTELET. De REIGECOURT en 1703 et enfin, le dernier Du HAUTOY en 1789.

Pendant ce temps, notre château sert de prison. C'est la guerre de Trente-Ans le roi de France LOUIX XIII occupe la Lorraine avec son armée. Il nomme un intendant par l'édit de MONCEAUX. En 1635, le roi assiège SAINT-MIHIEL. Dès 1632, ses armées ont envahit le pays. Le souverain loge au château de KŒUR - voir ce nom. En 1634 Le colonel LENONCOURT DE SERRE a chassé de la ville les occupants et fait renforcer l'enceinte urbaine et le château. LOUIS XIII commande le siège à la tête d'une armée de quinze mille hommes. Le 29 septembre la ville est bombardée. Le 30, LOUIS XII parait en personne. Une délégation menée par l'abbé se rend devant le monarque. Celui-ci accepte d'épargner les habitants si quinze officiers et quinze bourgeois se rendent.  LENONCOURT refuse et les tirs reprennent. Lors des combats le roi de France a failli être tué par un boulet de canon tir venu des défenseurs de SAINT-MIHIEL et qui a détruit son carrosse. Finalement les bourgeois ouvrent les portes à l'envahisseur. LENONCOURT est emprisonné à la BASTILLE, la ville doit payer une amende de 447 000 francs barrois et des otages sont emmenés. De plus, les habitants de SAINT-MIHIEL sont contraints de démanteler leurs fortifications et leur château. Ensuite les ramées de TURENNE et celles dites des Suédois anéantissent la région et font disparaître plusieurs villages. Parmi ces militaires, une dame guerrière lorraine, BARBE DE SAINT-BASLEMONT ( voir château de SAINT-BASLEMONT) participe à ces pillages avant de prendre pitié des victimes, les accueillant sur ses terres. Paradoxalement, son mari sert dans l'armée lorraine.

lors de la première guerre mondiale les ruines vont retrouver un rôle militaire et accueillir plusieurs casemates.


ÉTAT ACTUEL

Le château était très étendu. Il subsiste une longue courtine de quelques cinq mètres de hauteur à l'ouest. Ces vestiges appartiennent à une vaste enceinte dominant tout le sommet de la colline. L'intérieur du château est envahit d'une végétation impénétrable. On y découvre plusieurs blockhaus du premier conflit mon

ACCÈS

A SAINT-MIHIEL, emprunter la ruelle des Capucins, puis escalader le très long escalier longeant les vestiges des fortifications urbaines. Le château est atteint après quinze minutes d'escaliers. Les ruines sont une propriété privées et seuls les extérieurs et les parties non clôturées sont accessibles. 


VUES DU SITE



Vue aérienne  ( Géoportail) - position du château et sentier d'accès en rouge.



Croquis des ruines ( réalisation personnelle)


Le château et la ville autrefois ( collection particulière)


Escalier d'accès et vestiges de l'enceinte urbaine


Arrivée au château


Courtine (excusez la mauvaise qualité de la photo)



Rocher supportant les parties hautes


Courtine Nord-Ouest


Courtine ouest


Lices ouest


arbre remarquable


Courtine Nord


Entrée actuelle


Vestige de bâtisse


Casemate 14/18


Intérieur du château



muraille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire