mardi 17 mars 2015

CHÂTEAU DE HAUT-HATTSTATT

LE CHÂTEAU DE HAUT-HATTSTATT (68):


UNE RUINE D'ALTITUDE OUBLIÉE


Jadis cette puissante forteresse abritant l'une des grandes familles alsacienne en imposait. Malheureusement, le sort s'est acharnée sur elle au point de l'anéantir presque en totalité.


SITUATION

Le château du HAUT-HATTSTATT se trouve sur la commune de HATTSTATT, perdu dans la forêt et perché à 797 mètres d'altitude.



HISTOIRE

Le château aurait existé dès 960 et aurait été habité par les sires de LUPFEN avant d'être ensuite abandonné...

Les chevaliers de HATTSTATT sont vassaux  des Ducs de Lorraine. Le val de LIEPVRE leur est inféodé en 1401, La moitié de LA BRESSE (88) leur est donnée en 1457. Ils reçoivent ZIMMERBACH en 1457, le château de REICHENBERG ( voir ce nom) en 1507, GERARDMER (88) et XONRUPT-LONGEMER (88). Le duc CHARLES III leur donna la ville et le château de SAINT-HYPPOLITE (67). Antoine de HATTSTATT fera de son suzerain son héritier direct. Le duc ANTOINE donnera à Jacob de HATTSTATT des terres à RIQUEWIHR, à HUNAWIHR et d’autres encore à RIBEAUVILLE. En 1331 Wernher de HATTSTATT s'allie à Elisabeth de Lorraine contre Jean d'ECHERY. En 1334 ils aident de duc Rodolphe à combattre l'évêque de METZ et le duc de BAR. Ils eurent aussi des droits sur le château de THANVILLE (voir ce nom). La famille conservera le Val de LIEPVRE jusqu'en 1587 ( mort de Nicolas de HATTSTATT, dernier de la lignée).

Les HATTSTATT étaient originairement établis dans un château de plaine situé à HATTSTATT et qui a entièrement disparu de nos jours. Ils avaient une réputation de seigneurs belliqueux. 

La construction du château aurait été effective en 1280. Sa position à proximité des deux châteaux de STAUFFEN et GIGERSBOURG tenus par la famille de GIRSBERG s'avérait stratégique. Au cours de son histoire, le château sera inféodé aux HORBOURG puis aux WURTEMBERG. La forteresse subira plusieurs sièges, lors du perpétuel conflit entre les HATTSTATT et l'évêque de STRASBOURG .

Conrad Werner de HATTSTATT chaud partisan du futur empereur Rodolphe de HABSBOURG allait jouer un rôle primordial dans la guerre dite d'Indépendance et notamment lors de la bataille de HUSBERGEN en 1263. Cet événement allait permettre l'accession de Rodolphe au trône impérial en 1275. Dès son élection, Conrad fut élevé à la distinction de « Landvogt impérial » de Haute Alsace. A ce titre, il régnait sur les finances et la justice de ce territoire. Il intégra ensuite l'ordre des CHEVALIERS TEUTONIQUES. Il mourut en 1283.


Conrad Werner II de HATTSTATT et son fils Conrandin participent au célèbre tournoi de CHAUVENCY et octobre 1285. Conrandin va jouter contre Henri de BRIEY. Son père déclare alors pour l'encourager :


"Va devant, cher fils, le voici ce chevalier qui joute à toi. Par le corps de monseigneur Roi ou par Saint-Pierre de Cologne, si tu ne fais bien besogne, point "viendre" à la maison,je (te) chasser à coup de bâton Qu'avant un mois vous n'entriez"

Conrandin pousse alors son cri de guerre  "HATTSTATT à Conradin dit "l'Enfant", s'élance et rencontre violemment de seigneur de BRIEY. Les deux chevaliers chutent : match nul!
Conrandin prendra ensuite nom de Conrad Werner III.




Les nobles de HATTSTATT




En 1446, le château sera pris par les bourgeois de MUNSTER, incendié et son donjon sera abattu. Cet événement s'inscrit dans la Guerre des Six deniers opposant les Mulhousiens aux sires de HATTSTATT (voir châteaux du HAUT-EGUISHEIM).

A l'extinction des HATTSTATT en 1585, la place en ruines revient aux TRUCHSESS de REINFELDEN. Ceux-ci vendront les lieux à la ville de COLMAR en 1646. Ce nouveau propriétaire va exploiter les bâtiments restants comme carrière de pierres.

Lors de la Première Guerre Mondiale, le vieux château va retrouver un rôle militaire. Plusieurs casemates seront édifiées avec ses pierres donnant ainsi le coup de grâce à ces vestiges pourtant décrit comme grandioses au XIX° siècle.



ETAT ACTUEL

Les maigres vestiges des logis se cachent au sommet d'un rocher arrondi entouré de profonds fossés encombrés d'éboulis. A l'est, la pente en très importante. Au nord, le fossé présente une profonde excavation taillées dans le roc ouvre le passage. Le principal vestige est constitué par un rempart long de quelque cinq mètres et atteignant une hauteur de deux mètres. Ce mur est accroché en surplomb du rocher.



ACCÈS

Il faut être courageux pour atteindre ces ruines. Si vous êtes au château de SCHRANKENFELS, il vous suffira de suivre la direction du lieu dit « BILDSTOEKEL » qui sera atteint en 45 minutes. De là, un sentier fléché mène aux ruines en 10 minutes. Autre possibilité en partant du parking situé en aval du lieu dit OSENBUHR, dans un virage. Un chemin vous conduira au « BILDSTOEKEL » après une heure de rude montée.


VUES DU SITE



Croquis des lieux réalisé sur place



Les ruines au XVIII° siècle vue par l'artiste Rothmuller



Vue générale à l'arrivée sur les lieux




Vue latérale du principal vestige




Même endroit en vue Sud-Nord




Côté opposé




Vers les logis, la pente en jonchée d'éboulis




Casemate 14/18




L'accès aux logis




Dans le fossé Nord




Côté Est des logis




Côté Ouest des logis




Base de mur côté Sud, peut-être ce qui reste des ruines illustrées sur la lithographie ci-dessus.


1 commentaire:

  1. rothmuller a dessine du nord..on voit encore la meurtriere au nord...si vous le souhaite j'ai une page Facebook sur le hohattstatt sous hugo penserini

    RépondreSupprimer