mercredi 26 juin 2019

CHARLES III DE LORRAINE

CHARLES III DE LORRAINE :



IL ÉTAIT LE GENDRE DU ROI DE FRANCE

CHARLES III, un nom familier pour les lorrains et surtout les nancéiens, mais peu sont ceux qui savent qui était CHARLES III, pour beaucoup, ce nom est celui de l'ancienne prison de la ville...


BIOGRAPHIE

Le 18 février 1543 naît celui qui sera le plus illustre des ducs de Lorraine. Il est le fils du duc FRANCOIS 1er et de Christine DE DANNEMARK son épouse, fille de CHARLES QUINT. Son parrain est le roi de France FRANCOIS 1er. A l'âge de deux ans, il est orphelin de père et devient duc de BAR et de LORRAINE sous la régence conjointe de sa mère et de son oncle Nicolas de LORRAINE, comte de VAUDEMONT, duc de MERCOEUR, évêque de METZ et de STRASBOURG. Le roi de FRANCE HENRI II effectue son "voyage d'Allemagne" à l'occasion de l'annexion par la France des trois Évêchés. Arrivé à NANCY, il écarte de la régence Christine de DANNEMARK qui mène une vie privée dissolue, notamment au château de SPITZEMBERG (88) - voir ce nom. Le roi amène de jeune CHARLES âgé de neuf ans à la cour des VALLOIS pour lui donner une éducation française. A 16 ans, le jeune duc épouse Claude DE FRANCE, fille cadette d'HENRI II et de Catherine DE MEDICIS qui est âgée de douze ans. Le jeune couple va revenir à NANCY.




Charles III et Claude de France


 En 1559 le jeune roi de France FRANCOIS II et son épouse Marie STUART sont en visite à NANCY. Nous sommes en pleine période des guerres de religion, mais CHARLES III restera neutre dans ce conflit, tout en organisant une chasse aux Huguenots sans pitié. CHARLES III entretien d'excellents rapports avec les fils d'HENRI II, dont le troisième prénommé Alexandre ( futur roi de France HENRI III) épousera sa cousine Louise de VAUDEMONT. Cette entente prendra fin quant HENRI III conclura la Paix de BEAULIEU avec les Huguenots en 1576.

Les cousins du duc de Lorraine, les GUISES dirigent la Sainte-Ligue, mais CHARLES III n'y adhérera pas. HENRI III est assassiné en 1589. Cet événement va motiver CHARLES III à prétendre au trône de FRANCE en se prévalant de ses origines carolingiennes, mais de roi défunt avait nommément désigné son successeur, le roi de NAVARRE, futur HENRI IV.



Charles III par François CLOUET   

En 1572 CHARLES III et le cardinal CHARLES DE LORRAINE fondent l'université de PONT-A-MOUSON. Puis, en 1590 le duc ordonne la construction de la ville nouvelle de NANCY adossée à la ville médiévale. Il échouera dans ses démarches pour obtenir un siège épiscopal dans sa ville. Il va créer aussi les viles de CLERMONT-EN-ARGONNE et de STENAY (Meuse). C'est sous son règne que sévira le célèbre chasseur de sorcières et de sorciers Nicolas REMY - voir ce nom.

CHARLES III meurt en 1608. Il a 65 ans, son règne aura duré 63 années, le plus long de tous. Sa pompe funèbre sera d'une magnificence sans égale, identique à celle d'un roi ou d'un empereur. Il eut dix enfants dont un illégitime Charles de REMONCOURT qui sera abbé de SENONES et de LUNEVILLE. Sa descendance légitime se compose de:



Charles III par Jacques CALLOT

Henri ( 1563-1624) qui sera le duc Henri II de LORRAINE.

Christine (1565-1637) qui sera l'épouse de Ferdinand 1er DE MEDICIS, grand duc de Toscane.

Charles ( 1567-1607) cardinal de LORRAINE, évêque de METZ et de STRASBOURG.

Antoinette (1568-1610) épouse de Jean-Guillaume, duc de JULIERS et de BERG

Anne ( 1569-1576)

François (1572-1632) Comte de VAUDEMONT, puis Duc de Lorraine sous le nom de François II.

Catherine (1573-1648) abbesse de REMIREMONT

Elisabeth (1574-1635) épouse de MAXIMILIEN 1er, duc-électeur de BAVIERE

Claude ( 1574-1576).


LA POMPE FUNÈBRE DE CHARLES III









mardi 4 juin 2019

CHÂTEAU DE VRECOURT

LE CHÂTEAU DE VRECOURT (88):


CANTONNEMENT DES ASSIÉGEANTS DE LA MOTHE


SITUATION

Ce château se trouve sur la commune du même nom, dans le village, au sud-est de l'église. il occupe une vaste zone en bordure de la rivière MOUZON à 330 mètres d'altitude.


HISTOIRE

Élevé au cours du moyen âge ce château-fort avait la forme traditionnelle à quatre tours des châteaux de Lorraine. Il sera la propriété des famille de BIGNECOURT, et de CHOISEUL . 

Lors du siège de la ville de LA MOTHE (voir ce nom), les troupes françaises feront de VRECOURT l'une de leur base arrière, servant de logis au maréchal Jacques NOMPART DE CAUMONT LA FORCE.

Au XVIII° siècle le château médiéval sera rasé et l'on ne conservera que la vaste basse-cour et la grange seigneuriale. Ces travaux sont dus à  Jacques François LABBE de BEAUFFREMONT et à son épouse Anne-Charlotte DE LAVAULX. Le nouveau château en forme de L s'étendait depuis la basse-cour médiévale jusqu'au pavillon de l'orangerie proche de l'église. Il possédait un pavillon à dôme, un pavillon pour invités, une chaumière d'agrément, un pavillon chinois et une glacière. En 1792 le château est habité par la comtesse de NEUILLY. Après l'émigration de celle-ci, le château est vendu comme bien de la nation. Partagé en plusieurs lots il est aménagé en logements. Le parc et les statues seront vandalisés.



Les nobles DE LAVAULX

En 1805 un violent incendie ravage l'ensemble du château qui sera rasé à l'exception de la petite orangerie qui sera réhabilitée en habitation. Plusieurs vestiges sont présents sur diverses maisons du village.

ÉTAT ACTUEL

Il reste la vaste basse cour, l'orangerie, la base de plusieurs murs servant de soubassement à des maisons et les caves des ailes nord et sud.

A proximité l'église du village qui renferme le gisant d'un sire de BIGNECOURT vaut une visite, mais l'édifice est désormais fermé pour le préserver.


ACCÈS

A VRECOURT, à proximité du pont sur le MOUZON, les restes du château sont bien visibles. Il s'agit de propriétés privées qui ne se visitent pas.

VUES DU SITE



Vue aérienne. L'emprise de château est encerclé en rouge (Géoportail)


Le château au début du XX° siècle (collection particulière)


Gisant de Pierre de BIGNECOURT et de Marguerite de SIVRY
(collection particulière)


L'église proche du château


Vestige principal du château


Façade


Linteau de porte


Soubassements vestiges du château


La basse cour