mercredi 23 septembre 2020

PAPE LEON IX

 PAPE LEON IX :




IL FUT ÉVÊQUE DE TOUL


Polémique quant au lieux de naissance supposés de ce pape. Les alsaciens, mettent en exergue le fait que ce souverain pontife porte le patronyme d'EGUISHEIM, affirment ainsi qu'il est né dans cette localité. Les lorrains eux, partant de ce même constat, mais s'appuyent sur son nom complet EGUISHEIM-DABO pour prétendre qu'il est né en Moselle. A vrai dire, cela n'a pas grande importance, car à l'époque, tout appartient à l'empire germanique. En fait, le mystère restant entier, je me range sur la thèse lorraine qui me semble la plus plausible.





BIOGRAPHIE

Pour me conforter dans la thèse lorraine, je m'appuie sur la chronique du moine toulois WIBERT qui déclare que ce pape est né aux confins de la Lorraine et de l'Alsace, ce qui correspond bien à la commune de WALSHEID (57). L'historien GRANDIDIER affirme lui aussi que le lieu de naissance de BRUNON est à WALSCHEID où se trouvent les ruines du château de DURENSTEIN - voir ce nom. Ce château, première résidence des comtes de DABO, serait donc bien le lieu de naissance de LEON IX, futur SAINT-LEON.

Brunon d'EGUISHEIM-DABO est né le 21 juin 1002. A l'âge de 5 ans, il entre  à l'école de la cathédrale de TOUL. Il va y suivre des études de théologie au cours desquelles il sera brillant. Il est nommé diacre en 1025. En 1026, il aurait été nommé grand-prévôt de l'abbaye de SAINT-DIE, une fonction qui a rang d'évêque. Mais il s'agit plutôt de son frère VALRADE...

En 1026, il commande l'armée de l'évêque de TOUL lors d'une campagne militaire en Lombardie. Il a 24 ans quand il succède à l'évêque HERMANN au siège épiscopal toulois en 1026. Cet épiscopat durera vingt ans. Il luttera contre le nicolaïsme ( qui prône le concubinage des prêtres) et la simonie ( vente des charges ecclésiastiques). Il va assainir les abbayes de son évêché. Sa notoriété franchit désormais les frontières lorraines. Le 20 décembre 1046 un concile est réuni. Deux papes successifs avaient été assassinés: CLEMENT II et DAMASE II. L'empereur HENRI III doit désigner un nouveau pape qui saura se faire accepter par les romains. Brunon pressentit par l'empereur se rend en pèlerinage à ROME et va être élu sur le trône de SAINT-PIERRE sous le nom de LEON IX. Il va s'entourer de conseillers choisis dont HUMBERT, moine de l'abbaye de MOYENMOUTIER (88) et qui sera plus tard à l'origine du grand schisme d'Orient. Il y a aussi Frédéric de LORRAINE, futur pape ETIENNE IX, Pierre DAMIEN ou encore HILDENBRAND futur pape GRECOIRE VII. Toutes ces nominations à des fonctions importantes bousculent l'ordre établi.
En avril 1049 LEON IX condamne officiellement la simonie et le nicolaïsme ce qui lui vaut l'hostilité des prélats allemands. LEON IX parcourt la chrétienté pour faire connaître ses réformes. Il prend des sanctions canoniques contre le mariage de GUILLAUME LE CONQUERANT avec sa cousine Mathilde de FLANDRE. Il excommunie l'archevêque de SENS et ceux de SAINT-JACQUES DE COMPOSTELLE et de BEAUVAIS. Il révoque les évêques de LANGRES et de NANTES. L'évêque Foulque de CORBIE (80) est choisit comme conseiller en 1052. Au cours de son pontificat LEON IX convoquera douze conciles. Il impose la Trêve de Dieu aux nobles. 

Depuis l'an 1016, des bandes normandes pillent les régions italiennes du sud. LEON IX va faire appel aux troupe byzantines pour tenter de les maîtriser. En 1051 le duc de Bénévent se soumet au pape. En 1053 la bataille de CIVITATE en Apulie est une défaite et LEON IX est fait prisonnier par les Normands. Il sera détenu neuf mois. Malade, il mourra deux jours après sa libération.

Les réformes menées par LEON IX suscitent beaucoup d'hostilités et le palais pontifical est pillé en 1054. Les byzantins se détachent de plus en plus de ROME. Les relations entre le patriarche Michel CERULAIRE et le pape sont très tendues. Les couvents et églises romaines sont fermées à Byzance. C'est alors qu'intervient HUMBERT DE MOYENMOUTIER, envoyé par LEON IX avec PIERRE D'AMALFI en ambassade à Byzance. Le patriarche excommunie les envoyés. En riposte HUMBERT DE MOYENMOUTIER excommunie CERULAIRE. Entre temps, le 19 avril 1054 LEON IX s'éteignait, créant le grand schisme d'Orient. LEON IX est inhumé en la basilique SAINT-PIERRE à ROME. En 1087, le pape VICTOR III canonise Brunon d'EGUISHEIM-DABO.

Des églises lui sont consacrées à NANCY, STRASBOURG, DABO, WALSHEID et EGUISHEIM.


LEON IX ET WALSHEID

Du château de DURENSTEIN, il ne subsiste que de rares vestiges.


Ruines du château de DURENSTEIN


Rocher de DURENBERG
vestiges de la première chapelle. Les ruines du château
 sont dans les arbres à droite.

Une première chapelle consacrée à SAINT-LEON avait été érigée à côté du château. Elle fit détruite accidentellement au début des années 1950.
Une nouvelle chapelle a été construite à proximité du col.


la plaque commémorative


la nouvelle chapelle


Intérieur de la chapelle


Autel SAINT-LEON

La grotte SAINT-LEON qui est la plus vaste cavité naturelle des Vosges se trouve en contrebas de la chapelle actuelle. Profonde 35 mètres, elles est large de 24 mètres et haute de 8 mètres. Un filet d'eau réputé miraculeux suinte au fond de la cavité. La coutume locale veut que le pape enfant venait jouer dans cette grotte. Affirmation contestable puisqu'à l'âge de cinq ans, il entrait à l'école de la cathédrale de TOUL . . .


Au-dessus de la grotte



Entrée de la grotte


Cavité secondaire


Plaque souvenir


Ouverture vers WALSHEID


Fond de la grotte

LEON IX ET DABO


Chapelle construite à l'emplacement du château de DAGSBOURG


LEON IX ET EGUISHEIM


Chapelle SAINT-LEON construite dans le château


jeudi 10 septembre 2020

L'ABBAYE puis PRIEURE DE DROITEVAL

L'ABBAYE puis PRIEURE DE DROITEVAL (88) :



UNE PROPRIETE PRIVEE


SITUATION

L'abbaye de DROITEVAL se trouve sur la commune de CLAUDON (88), en contrebas du village, dans la vallée de l'OUCHE à 253 mètre d'altitude.

HISTOIRE

L'abbaye cistercienne de DROITEVAL est fondée en 1128 suivant la volonté du noble Aubert de DARNEY. C'est une dépendance de l'abbaye bourguignonne de TARD (21). La première abbesse s'appelle ELISABETH.
Durant deux siècles la présence féminine sera exclusive, mais au XV° siècle, le couvent passe sous la houlette de l'abbaye de MORIMOND, qui, en 1432 et 1433 dépêchera à DROITEVAL des administrateurs masculins ( Michel de FERVENS et Jehan DE LA MARCHE). L'abbaye est transformée en prieuré.

En 1709 l'établissement est entièrement reconstruit par Antoine GIRARD. Ce dernier va créer une verrerie qui va employer jusqu'à cent cinquante ouvriers. 

Le 4 janvier 1792, le prieuré est supprimé et vendu à Joseph DROUET agriculteur à DARNEY.  Une forge sera crée et l'abbatiale servira d’entrepôt. Le domaine est acheté ensuite par Jean-Baptiste JACQUINOT qui va y créer une dinanderie. En 1850, l'abbatiale est restaurée et un petit séminaire s'installe dans les bâtiments monacaux en 1935. De 1987 à 2004 DROITEVAL est privé. En 2000, l'orgue HAERPFER-ERMAN de la salle de concert POIREL de NANCY est installé dans l'abbatiale. En 2004 une partie de l'abbaye est cédée à une association culturelle.


ÉTAT ACTUEL

L'ensemble, toujours habité est très bien entretenu.  

ACCÈS

L’église abbatiale est accessible lors des Journées du patrimoine.


VUES DU SITE


vue générale




L'abbatiale


Les orgues


La rivière OUCHE traverse le domaine


Le manoir du maître de forge