mardi 27 août 2019

COLLÉGIALE SAINT-GENGOULD DE TOUL

COLLÉGIALE SAINT-GENGOULD DE TOUL (54):


UN CLOÎTRE REMARQUABLE


SITUATION

La collégiale SAINT-GENGOULD de TOUL se trouve à 209 mètres d'altitude, à l'intérieur des remparts, au sud ouest de la ville et à proximité de la place ronde.


HISTOIRE

La collégiale SAINT-GENGOULD a été construite à compter de 1240, alors que les travaux d'édification de la cathédrale étaient déjà engagées. La collégiale ne sera achevée que vers 1522, et encore, on renoncera à l'édification d'une second tour et au parachèvement du portail. Il faut chercher la cause de ces renoncements par le fait qu'à cette époque la famine et une épidémie de peste décimaient la population.

La construction du monument a été financée par les bourgeois de TOUL affirmant ainsi leur indépendance  vis à vis de l'évêque. Un cloître est édifié accolé à l'église. Celui-ci est de style renaissance inspiré du gothique flamboyant. A l'origine il devait avoir deux étages, mais le second niveau n'a jamais été élevé.

La tour de l'église a servit de beffroi.

La collégiale a été classée Monument Historique en 1840, la cloître l'a été en 1889.

SAINT-GENGOULD

On sait bien peu de choses sur SAINT-GENGOULD. Il semblerait qu'il s'agisse d'un noble de la cour du roi mérovingien PÉPIN LE BREF originaire de la région de LANGRES (52). C'était un chasseur émérite qui pratiquait la charité avec grande générosité. Trompé par sa femme, il s'est retiré dans ses terre avant d'être assassiné par l'amant de sa femme. C'est le saint patron des couples en difficulté, des veneurs et des fauconniers. 


ÉTAT ACTUEL

La collégiale est en mauvais état. Elle surprend par son portail à l'allure désaxée. Elle fut la plus grande surface vitrée de Lorraine

Le cloître possède 78 clés de voûtes qui sont toutes différentes.


ACCÈS

Généralement l'église et le cloître sont inaccessibles en dehors des offices, mais là, pas question de visiter...

J'ai vécu dix ans à TOUL et je n'ai jamais pu visiter cet ensemble!

VUES DU SITE


Vue aérienne. L'emprise de la collégiale est encerclée en rouge (Géoportail)


Plan de l'église


Vue générale vers 1930 (collection particulière)


La façade (collection particulière)


La façade en 2017


Les tours


Le chœur ( photo trouvée sur le Net)


Entrée du cloître


Le cloître (collection particulière)


Allée du cloître (collection particulière)

samedi 10 août 2019

LE COUVENT DE SCHWARTZENTHANN

LE COUVENT DE SCHWARTZENTHANN (68) :



DES VESTIGES BIEN MODESTES 


SITUATION

Le couvent de SCHWARTZENTHANN s'élevait sur les hauteur de WINTZFELDEN, hameau dépendant de la commune de SOULTZMATT (68) à 450 mètres d'altitude.


HISTOIRE

A ODERMORSCHWHIR se trouvait un couvent de chanoines régulier fondé en 1089: MARBACH. Cet établissement accueillait aussi des femmes.

En 1124 les chanoinesses de MARBACH fondèrent un oratoire consacré à la vierge au dessus du village de Wintzfelden. Peu à peu cet oratoire va prendre de l'importance et devenir un véritable couvent accueillant quarante moniales. Ce nouvel établissement reste toutefois dépendant de MARBACH. SCHWARTZENTHANN, nom de ce nouveau couvent connaîtra son apogée en 1154 avec la réalisation du codex dit de "GUTA-SITRAM" car enluminé par le chanoine SITRAM de MARBACH et calligraphié par la chanoinesse GUTA. Cet ouvrage existe toujours. L'atelier d'enluminure du couvent sera réputé et plusieurs ouvrages de sa production son conservés dans divers lieux européens. 

En 1214 on agrandit l'église conventuelle mais ce XIII° siècle sera une période difficile pour le couvent qui fera l'objet d'attaques militaires dues à l'instabilité de l'Empire. Le comte de FERRETTE pille les lieux en 1298. Le déclin du couvent se poursuit au cours des siècles suivants. Le pillage des rustauds en 1525 va lui donner le coup de grâce et les dernières moniales quittent les lieux en 1531 pour gagner le couvent disparu de SCHOENENSTEINBACH à WITTENHEIM (68).


Extrait du codex GUTA-SITRAM

Les bâtiments abandonnés vont devenir une vaste carrière de pierre et au XVIII° siècle les derniers vestiges sombrent dans l'oubli. Ils ne sont redécouvert qu'en 1969. Les fouilles mettent à jour diverses pierres sculptées, des pierres tombales et un sarcophage, le tout présenté au village de WINTZEFELDEN à coté de l'église sous un auvent. 

ÉTAT ACTUEL

Divers bases de mur dont ceux du cloître et de l'église sont à découvrir en suivant un parcours bien documenté.

ACCÈS

A WINTZFELDEN, suivre le fléchage routier. On accède quasiment en voiture au pied des vestiges par une chemin forestier ( le même qui permet d'atteindre les ruines du château de GREICHENFELS - voir ce nom).


VUES DU SITE


Reconstitution (affichée sur place)


Plan des vestiges (affiché sur place)


Entrée Ouest


Cour centrale et puits




Vestiges du cloître


Devant l'église


Dans l'église


L'hospice


Base de muraille

LE MUSÉE LAPIDAIRE



Pierres tombales


Le sarcophage