jeudi 17 janvier 2019

LE CHÂTEAU DE VALHEY

LE CHÂTEAU DE VALHEY (54):


PROPRIÉTÉ D'UNE NOBLE FAMILLE DE....PROVENCE


SITUATION

Le château de VAHLEY s'élevait sur la commune du même nom. Il occupait dans le village un emplacement que je n'ai pu identifier.


HISTOIRE

Le village de VALHEY dépendait de la prévôté d'EINVILLE AU JARD et du bailliage de NANCY. Il est érigé en 1450. La place est occupée par des membres d'une grande famille noble de PROVENCE, les PORCELETS dont la devise était " D'abord la race des dieux, puis la famille des Porcelets". Mais que fait donc une famille provençale en Lorraine?
Cette présence est liée au duc de Lorraine RENÉ 1er ( dit le roi René) à qui la Provence appartenait...

En 1571 le château d'origine est entièrement reconstruit. Le 27 août 1582 Jean DES PORCELETS DE MAILLANE naît au château de VALHEY. Il est le fils de Jean et d'Esther d'APREMONT. Sa tante Judith d'APREMONT est abbesse de l'abbaye de POUSSAY (88) ( voir ce nom). Il étudie à l'université de PONT-A-MOUSSON et va devenir camérier secret successivement auprès des papes CLEMENT VIII, LEON XI et PAUL V. Il est aussi ambassadeur du duc de Lorraine CHARLES III près du Saint-Siège. Le 26 novembre 1607 il devient évêque de TOUL et abbé de SAINT-MANSUY (voir ce nom) et de SAINT-AVOLD, abbayes qu'il rattache à la congrégation de SAINT-VANNE et SAINT-HYDULPHE. Il donne son nom au village mosellan de PORCELETTE. Il meurt le 14 septembre 1624.



Jean des PORCELETS de MAILLANE

Le château de VALHEY sera abandonné au cours de la guerre de trente ans et ne sera jamais reconstruit. Ses ruines disparaissent, utilisées comme carrière de pierre au cours du XVIII° siècle.


ÉTAT ACTUEL

Il ne subsiste aucune trace de ce château. En parcourant les rues du village, j'ai découvert une ferme qui semble avoir été fortifiée, mais rien ne prouve qu'elle ait un rapport quelconque avec le château.







samedi 5 janvier 2019

L'ABBAYE D'EPINAL

L'ABBAYE D'EPINAL (88) :




CHAPITRE DE NOBLES CHANOINESSES 


SITUATION

L'abbaye d'EPINAL se trouve au centre de vielle à 328 mètres d'altitude environ, sous les ruines du château. La basilique SAINT-MAURICE en était le centre spirituel.


HISTOIRE

Au X° siècle, EPINAL est une terre dépendant de l’évêché de METZ, mais relevant religieusement de l'évêque de TOUL. Thierry de HAMELAND, évêque de METZ demande à SAINT-GERARD, évêque de TOUL d'y fonder un monastère. Les deux prélats confient à la nouvelle église les reliques de SAINT-GOËRY et l'on dit qu'un miracle aurait eut lieu à cette occasion. Des moines bénédictins s'installent alors dans l'église dédiée à SAINT-MAURICE qui sera à la fois abbatiale et paroissiale.

Lorsque que plus tard le nouvel évêque ADALBERON II revint à EPINAL, il trouva le monastère déserté de ses occupants. Il ordonna la construction d'une nouvelle église (l'église actuelle). Il la confia à des moniales bénédictines. C'est le pape lorrain, ancien évêque de TOUL,  LEON IX ( SAINT-LEON), qui consacra l'édifice.

Au cours du XIII° siècle, les moniales sont remplacées par un chapitre de chanoinesses à l'instar de celles qui occupent l'abbaye de REMIREMONT. Ce nouveau chapitre est dit de SAINT-GOËRY. L'abbesse à le titre de Madame d'EPINAL. Les chanoinesses postulantes devaient pouvoir justifier d'une noblesse remontant à deux siècles du coté paternel comme du coté maternel. Ces dames étaient non cloîtrées et demeuraient dans des maisons canoniales proches de la collégiale. Le titre d’abbesse fut porté par des femmes issues de grandes familles comme les BASSOMPIERRE, les MONTMORILLON, les SCHAUENBOURG, les BLÂMONT, les DOMMARTIN ou encore les SPADA D'ARGEMONT. La dernière abbesse fut Elisabeth-Charlotte de GOURCY de BEAUFORT. Les chanoinesses ne prononçaient pas de vœux. Elles passaient leur vies en mondanités, portaient habits civils en dehors de l'église, organisaient des réceptions à domicile et avaient des aventures galantes. Leur seule obligation était d'observer une attitude chrétienne. Elles pouvaient mêmes se marier mais alors, elles perdaient leur titre de chanoinesse. En outre, les chanoinesses s'occupait aussi de l' hôpital SAINT-GOËRY.




Gabriella SPADA D'ARGEMONT, abbesse d'EPINAL

En 1792 l'abbaye est supprimée. Plus tard, l'église deviendra exclusivement paroissiale. Elle est classée Monument Historique dès 1846. A cette époque on perce un nouveau portail au travers du clocher-beffroi. Le 20 février 1933 le pape PIE XI élève et consacre l'église SAINT-MAURICE au rang de basilique mineure. La basilique a fait l'objet d'un timbre poste dans les années 1990.

ÉTAT ACTUEL

La basilique affiche une allure de forteresse. Les styles romans et gothiques y dominent. Deux tourelles extérieures marquent la séparation entre la nef et le chœur. Au sud de l'église se trouvent les maisons canoniales du chapitre, le quartier  est bordé par les fortifications médiévales d'EPINAL ( voir Château d'EPINAL).

ACCÈS

L'accès est libre et gratuit.


VUES DU SITE




Plan de la basilique



La basilique coté Sud


Le beffroi et le portail du XIX° siècle


Le nouveau portail


Vers le portail d'origine


Porterie d'origine



Coté Nord et l'une des tourelles


Vue extérieure du chœur


Coté Sud, les contrefort sont percés d’ogives évoquant un cloître 
qui n'a jamais existé



sarcophage


Entrons dans la basilique


Chœur et collatéral Nord


collatéral Sud


Voûte de la nef



La choeur


les reliquaires



Tombeau des abbesses



La mise au tombeau


Les maisons canoniales