vendredi 22 mai 2015

CHÂTEAU DE HOHENBOURG

LE CHÂTEAU DE HOHENBOURG (67):

POSSESSION D'UNE BRANCHE CADETTE DES FLECKENSTEIN

SITUATION

Le château de HOHENBOURG se trouve sur la commune de WINGEN (67) à 550 mètres d'altitude, au sommet d'une colline et entre les châteaux de WEGELBURG (Allemagne) et de LOEWENSTEIN (voir ces noms).


HISTOIRE


Conrad de FLECK se sépare de la lignée des FLECKENSTEIN en 1175. Il va faire édifier le château face de la demeure d'origine. Il est le fondateur de la lignée des HOHENBOURG qui prendront le nom de PULLER de HOHENBOURG.

Une brouille définitive intervient en 1324 entre les FLECKENSEIN et les PULLER. Ces derniers s'allient avec le ville de HAGUENAU pour capturer leur cousin Eberhardt d'ECKERSWILLER. Celui-ci est enfermé au château contre rançon. Un très long conflit sera généré par cette situation, entraînera  le siège du château en 1384 par l'électeur palatin Robert Ier. Prise, la forteresse est désormais sous suzeraineté palatine et inféodée en 1438 à Wirich II PULLER de HOHENBOURG. Cette situation va générer plusieurs conflits notamment contre les LICHTENBERG et l'évêque de STRASBOURG. Celui-ci va mené un siège sans résultat contre le HOHENBOURG en 1442. En ce milieu du XV° siècle des PULLER s'opposent à leur suzerain. La riposte ne se fait pas attendre et l'électeur attaque les diverses forteresses tenurs par les PULLER. Le WASIGENSTEIN tombe en premier, suivit par le LOEWENSTEIN puis par le HOHENBOURG.

Richard PULLER de HOHENBOURG va alors guerroyer contre louis de LICHTENBERG en 1461. Richard est capturé et emprisonné jusqu'en août 1471. A sa libération, il a perdu le HOHENBOURG au profit d'Eberhardt HOFWARD sous condition de restituer le château si Richard PULLER avait descendance ce qui ne sera pas le cas. Arrêté pour crime de sodomie, il est enfermé par l'évêque de STRASBOURG au château du HAUT-BARR. Il n'en sortira que pour entrer dans les ordres. C'est la fin de la famille PULLER de HOHENBOURG.


Les nobles de SICKINGEN


Eberhardt HOFWART va quitter le HOHENBOURG tout en conservant le LOEWENSTEIN en échange du château de GRIFFON (67). C'est la famille de SICKINGEN qui occupe la place en 1504. François de SCICKINGEN adapte la forteresse à l'artillerie et fait construire le fameux bastion. Frédéric de SICKINGEN embrasse la Réforme et sera tué lors d'un conflit avec l'évêque de TREVES (D). Suite à son décès, le HOHENBOURG est pillé et livré aux flammes. Les ruines sont rendues à François qui occupe une place importante à la cour de CHARLES QUINT. Il va les restaurer et le transformer en un somptueux palais renaissance. Son fils Guillaume terminera les travaux.
La guerre de Trente-Ans survient, mais les SICKINGEN avaient déjà abandonné le HOHENBOURG pour l'Autriche. Les Suédois vont piller la place. En 1680 le général MONCLAR détruit le château sur l'ordre du roi LOUIX XIV.

Les ruines sont classées Monument Historique par les autorité Allemandes en 1898.

ETAT ACTUEL

Le château a encore fière allure. Son donjon à demi troglodytique se dresse au dessus des ruines du palais renaissance. Le bastion d'artillerie avec ses murs de huit mètres d'épaisseur est exceptionnel.

ACCÈS

Le chemin d'accès au HOHENBOURG est identique à celui permettant de visiter les châteaux de WEGELNBURG, de KRAPPENFELS et de LOEWENSTEIN (voir ces noms).


VUES DU SITE



Plan du château (collection personnelle)




Reconstitution (collection personnelle)




Le HOHENBOURG vu depuis le château allemand de WEGELNBURG




Vue générale coté Sud




Le bastion d'artillerie




Vue générale coté Nord




Vue depuis le fossé Est




Vue Sud-Est




L'entrée et le bastion d'artillerie




Dans le bastion d'artillerie




Vers le château




La porte renaissance en 1977




même porte en 2015




Salle du musée lapidaire




La cour en 1977




Citerne troglodytique




Base du donjon




Le donjon-rocher




Salle troglodytique




Porte du donjon armoriée




Détail du donjon




Accès au sommet du donjon




Sommet du donjon. Vues plongeante vers le bastion d'artillerie




Le donjon en 1977

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire