vendredi 18 juillet 2014

CHÂTEAU ET CITE DE GRAND

LE CHÂTEAU ET LA CITE DE GRAND (88):

UNE DES PLUS GRANDES ARENES DU MONDE

Situé à l'écart des grands chemins touristiques, le village de GRAND recèle le plus extraordinaire monument du département des VOSGES.

SITUATION

Le village de GRAND se trouve à l’extrême ouest du département  à environ 25 kilomètres de NEUFCHATEAU.




LE CHÂTEAU DE GRAND (88):


Un château médiéval est érigé à GRAND au XII° siècle. C'est une possession des sires de LAFAUCHE. GRAND appartient alors au BARROIS MOUVANT dit MARCHE DE LORRAINE, sous suzeraineté du roi de France. Cette forteresse disparaîtra au XV° siècle.

Construit avec des pierres provenant de la cité d' ANDESINA, ce bâtiment restera difficile à identifier parmi les autres vestiges. Le clocher de l'église possède des murs d'une épaisseur de deux mètres et présente plusieurs archères. Peut-être faut-il chercher là le donjon du château ?


ANDESINA


Encore trop méconnu, ce site gallo-romain majeur mériterait une plus grande notoriété. 

HISTOIRE

La cité d' ANDESINA était un sanctuaire réputé dédié au dieu GRANNUS-APOLON. L'on y pratiquait des cures thermales réputées du Ier au V° siècle. Bâtie en pays LEUQUE, la tribu gauloise qui peuplait les départements de la MEUSE avec NASIUM (NAIX-AUX-FORGES), de la Meurthe et Moselle avec TOLLOM (TOUL) et des Vosges avec ANDESINA (GRAND) comme cités principales. Cette dernière était très peuplée pour l'époque, plusieurs milliers d'habitants si l'on en juge par l'importance de son amphithéâtre, le septième du monde romain par ordre de grandeur.

A L'arrivée des romains en pays LEUQUE, ce peuple soumis resta libre comme il fournissait les céréales aux légions de ROME. L’histoire a retenu le nom d'un chef de tribu « MATUGENOS » (Le fils de l'ours).

ANDESINA se retrouva au carrefour de deux voies importantes. Elle acquit rapidement un prestige exceptionnel. Au moins deux empereurs romains y séjournèrent : Vers 213, visite de l'empereur CARACALLA et en 309 celle de CONSTANTIN qui y fit une cure d'incubation ( pratique des cures d'ondes telluriques et astrales).

L'empereur JULIEN L'APOSTAT ordonne le massacre des chrétiens. Parmi eux SAINTE-LIBAIRE et sa famille dont SAINT-EUCHAIRE et SAINT-ELOPHE tous décapités. Selon la légende, après son supplice à SOULOSSE (88), ce dernier aurait ramassé sa tête et aurait gravit une colline  pour y reposer. Une église romane dédiée à ce saint a été construite en ce lieu . Les sœurs de LIBAIRE : MENNE, SUZANNE, ODE et GONTRUDE furent également martyrisées.

L'eau « miraculeuse » était collectée par un réseau souterrain de canalisation mesurant 12 kilomètres. Cette eau jaillissait à l'emplacement de l'actuelle église. GRANNUS-APOLLON n'était pas la seule divinité vénérée à GRAND, BACCHUS, MERCURE, TEUTATES-JUPITER, MIDRITINA y possédaient aussi leur cultes.

ANDESINA fut abandonnée au début de l’aire chrétienne. Le site servit de carrière pour la construction de l'actuel village, de son église et de son château à l'époque médiévale.

LES RUINES D'ANDESINA 


LA VILLE


Cette ville était entourée d'une enceinte fortifiée de 1800 mètres renforcée de 22 tours rondes. Des vestiges de temples, de thermes et d'habitation ont été découverts. On peu dire à GRAND que dès que l'on creuse, il y a des vestiges romains.


L’AMPHITHÉÂTRE


Déjà signale par DON CALMET l’abbé de SENONES en 1756, le monument est redécouvert et fouillé à partir de 1820. Ce n'est qu'en 1960 que le monument sera entièrement dégagé et que l'on évaluera sa dimension :

Longueur : 148 mètres
Largeur : 64,5 mètres
Capacité : 17 000 spectateurs

L'on y donne des spectacles de gladiateurs, de chasse, des combats d'animaux, des spectacles lyriques et théâtraux.

Il existe une seconde cuvette à proximité de l'arène. Certains y voient l'emplacement d'un hippodrome.

En 1995, il est décidé de couvrir l’amphithéâtre par une structure en bois exotique qui protégera les ruines et rendra à l'édifice l'aspect qu'il devait avoir. Malheureusement depuis, des désordres sont apparus dans cette structure et l'accès du public y est limité.


LA MOSAÏQUE


En 1883 une vaste mosaïque de 232 m2 est mise à jour non loin de l'école communale. Le motif central apparaît en premier, mais lorsque l'on réalise de l'importance de la découverte, celui-ci est déjà irrémédiablement détruit par l'excavation. Constituant le sol de la grande salle de la basilique romaine d'ANDESINA, cette mosaïque romaine est la plus grande retrouvée en Europe.




VISITE DE GRAND 


Si l'église paroissiale est actuellement interdite à la visite suite à un affaissement, il existe à GRAND deux chapelles qui valent une visite. La petite chapelle SAINTE-LIBAIRE érigée à l'emplacement supposé de son martyre et la chapelle du cimetière.

L’amphithéâtre et la mosaïque se visitent avec le même billet d'entrée. L'on peut aussi s’attarder sur les chantiers archéologiques qui existent dans le village. La visite des réseaux souterrains est désormais virtuelle pour des raisons évidentes de sécurité.

Des vestiges de l’enceinte romaine sont également visibles.


Depuis 2012, la municipalité à déposé une demande officielle afin que le nom de la commune soit modifié en GRAND-LA-ROMAINE. Le dossier est à l'étude.



VUES DU SITE



La chapelle SAINTE-LIBAIRE




Le clocher (donjon?) de GRAND




Vestiges de l'enceinte gallo-romaine




et voici l’amphithéâtre




Extrémité ouest




vue générale




Les arches, seul vestige visible avant 1960





accès à l'arène




Les loges




Extrémité est




Vues des gradins




Depuis le haut des gradins




Vers les loges




Vestiges des habitations proches de l’amphithéâtre




Le musée de la mosaïque




La mosaïque




Ce qui reste du motif central




Évocation du réseau de souterrains




Dans le village, tout "pue" le romain




Un chantier de fouille archéologique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire