mardi 27 juin 2017

ABBAYE D'AUTREY

L'ABBAYE D'AUTREY (88):



Cette abbaye est située au cœur  de la vallée d'origine de ma famille, la vallée de la MORTAGNE. Mes ancêtres y sont présents au moins depuis 1691 ( date butoir des archives conservées) dans les localités de HOUSSERAS, puis d'AUTREY, hameau de VUILLAUME-FONTAINE .

PLUS DE 800 ANS D'OCCUPATION RELIGIEUSE

SITUATION

l'abbaye d'AUTREY se trouve sur la commune du même nom. Elle borde la rivière La MORTAGNE à 325 mètres d'altitude. 


HISTOIRE

Nous somme ici dans une enclave de l’évêché de METZ. La fondation du monastère est due à l'évêque Etienne DE BAR au cours du XII° siècle. Le premier abbé, ANSELME dirige les lieux de 1172 à 1182. Bien que patronnée par Notre Dame, l'abbaye y cultive aussi le culte de SAINT-HUBERT dont elle détiendra une relique qui donnera lieu à un pèlerinage et une dévotion toujours en vigueur de nos jours.



L'abbaye d'AUTREY 

Le monastère va subir les vicissitudes de l'histoire locale. Lors de guerre d’expansion de la Bourgogne menée par CHARLES LE TEMERAIRE qui veut annexer la Lorraine afin de réunir ses terres d’origine aux Flandres, AUTREY sera en partie détruite. L'abbé Claude STEVENEL va restaurer les lieux entre 1737 et 1745. L'abbatial va alors prendre son aspect mi gothique, mi renaissance quelle affiche encore de nos jours. cher. Après les malheurs de la guerre de Trente Ans et la dure occupation française, c'est l'ensemble des bâtiments qui est reconstruit (1704, 1715). L'abbaye est alors occupée par les chanoines réguliers de la congrégation Notre-Sauveur, réformée par SAINT-PIERRE-FOURRIER. Le dernier abbé de l'abbaye, Barthélemy-Louis-Martin CHAUMONT DE LA GALAIZIERES est élu premier évêque de SAINT-DIE en 1777. 


Monseigneur de CHAUMONT, premier évêque de SAINT-DIE

Survient la révolution française, l'abbaye est vendue comme bien de la nation au citoyen COLOMBIER qui va y installer une tréfilerie. Il fait abattre le clocher roman, mais respecte assez bien le bâtiments canoniaux qu'il fait aménager en logements pour ses ouvirers. Dans l'église, il fait creuser un canal permettant de conduire la force hydraulique vers ses ateliers.

1856. Monseigneur CAVEROT, évêque de SAINT-DIE rachète l'abbaye afin de l'aménager un second petit séminaire pour renforcer celui de SENAIDE (88). Ce séminaire sera confié au chanoine MORQUIN. En 1906 l'établissement et touché par la loi de séparation de l'église et de l'état. L'abbaye est alors saisie pour être convertie en maison de retraite en 1912. Hôpital militaire durant le conflit mondial, l'abbaye redevient un séminaire à compter de 1931 quand Mgr FOUCAULT, évêque de SAINT-DIE rachète les bâtiments. En 1974 le séminaire ferme ses portes, faute d'élèves. En 1982 la communauté de moniales des Béatitudes s'installe dans l'abbaye.
AUTREY est classé Monument Historique successivement en 1911, 1931 et 1955. 



ÉTAT ACTUEL

L'abbaye, toujours en activité se compose d'une église abbatiale et de divers bâtiments. Elle est entourée par un vaste parc de style anglais.

ACCÈS

L'abbaye est ouverte au public durant la saison estivale, le droit d'entrée est minime. 


VUES DU SITE



Plan de l'abbaye (donné aux visiteurs)


Vue générale vers 1950 ( collection particulière)


Vue aérienne (collection particulière)


L'église paroissiale d'AUTREY ( l'abbatiale étant réservée à l'abbaye)


La porterie


L'église abbatiale



la cour


bâtiments abbatiaux


Le porche


coté Est des bâtiments abbatiaux


L'église


tympan


Détail du clocher


clocheton


la nef


Croisées d'ogives


Les autels


Les piliers



Chapelle SAINT-HUBERT


Pilastres


Statue de SAINT-HUBERT


Vue extérieure de la chapelle SAINT-HUBERT


Vestiges du cloître ( non accessible au public)



Coté Sud


PARC ET JARDINS


L'abbaye vue du parc



Deux aspects du parc


l'étang


Petit pont


Une marre


Statue


La bambouseraie


croix celtique


L'un des jardins

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire