samedi 23 avril 2016

CHÂTEAU DE DUN

LE CHÂTEAU DE DUN (55) :

UN BALCON SUR LA MEUSE

SITUATION

Le château de DUN se trouve sur la commune de DUN SUR MEUSE (55) à environ 310 mètres d'altitude. Le site domine le fleuve d'une hauteur de 181 mètres.


HISTOIRE

En 988 DUN est une terre relevant de l’évêché de VERDUN (55) suite à une donation de par m'empereur OTHON IV. Le château est élevé au XI° siècle ( vers 1053) par GODEFROY II de BASSE-LORRAINE, comte d'ARDENNES. Le château est inféodé aux puissants sires d'APREMONT qui complètent le château primitif par l'édification d'une vaste enceinte fortifiée entourant une ville. Les APREMONT sont autorisés à battre monnaie.



Les sires d'APREMONT


En 1399 la place revient au duc de BAR jusqu'à l'arrivée de René II au trône de NANCY, celui-ci cumulant alors les titres de duc de BAR et de LORRAINE. 

En 1533 les Anglais tentent de s'emparer du château qu'ils assiègent durant trois mois sans parvenir à l'investir. La place est alors tenue par Robert de GRATINOT, sire de JUPILE. A son poste de capitaine-gouverneur suivront: CRAONE, CLAUDE, Jean de MOUZAY, Gauthier de GRANDMAISON dit GAULT de la CASSAGNE, sire de SAINT-LAURENT. puis vinrent DE CADENET sire de BRIEULES. C'est sous le commandement de ce dernier que fut ordonné le démantellement de la place.

Mais revenons en arrière: Le vicomte de TURENNE qui est duc de BOUILLON et Maréchal de France reprend le siège en 1591. Ses hommes, sous le commandement de Henri DE LA TOUR investissent la place en escaladant les remparts puis se rendent maître de la forteresse qu'ils occupent jusqu'en 1595, date où elle sera remise au duc de Lorraine CHARLES III.

Au XVII° siècle le duc CHARLES IV en pleine guerre de Trente-Ans, offre le château et la ville au roi de France LOUIS XIII qui les rattachent au Clermontois. Dès 1642 les fortifications sont démantelées par le Maréchel DE CREQUI sous la direction de François THIEBAULT seigneur de SAINT-EURUGES. 

L'on détruit non seulement le château de DUN mais aussi les ouvrages annexes qui sont les forts de SAINT-GILLES,  de LA CAVALERIE, de DOULCON, de STENAY et SAINT-GERMAIN, DE CROIX, de LINY, de SOUJUMON et de MILLY.

LOUIS XIV offre DUN au Grand CONDE. Cette famille conservera les lieux jusqu'à la Révolution.

Lors du premier conflit mondial les ruines du château de DUN ont été fortement endommagées.

Longtemps utilisé comme carrière de pierre, les vastes ruines de DUN connaissent une salutaire restauration depuis plusieurs années sous la direction d'une association.

ETAT ACTUEL

Nous avons affaire à un très grand château-fort dans le style de CHÂTEL-SUR-MOSELLE - voir ce nom.
Les remparts englobent une très grande surface abritant tout le quartier de la ville haute dont l'église. On y accède par la porte dite "de MILLY". Les vestiges médiévaux sont omniprésents dans tout le quartier.
Un sentier dit "Des Remparts" permets de faire le tour de l'édifice. Une seconde porte, dite "Porte aux chevaux" domine un chemin qui monte de la ville basse.


ACCÈS

A DUN monter à l'église en véhicule, franchir la porte de Milly et garer la voiture sur le parking de l'église. Visiter les lieux à pied. J'ai rencontré des gens très gentils qui ouvrent leur jardins afin de je puisse visiter les parties privées du monument . Ne pas oublier le sentier des remparts.

VUES DU SITE



Vue aérienne du site (Géoportail)




La porte aux chevaux ( collection particulière )




Vue vers la ville haute et les remparts




La porte de Milly




Le pont d'accès




Enceinte




Sur les remparts




Tour de flanquement




La ville haute




Rempart central




muraille




En surplomb de la porte aux chevaux




Débouché de la porte aux chevaux




Rempart Ouest




Vaste construction derrière l'église




L'église




Le clocher




Vue sur la Meuse et la ville basse




Le sentier des remparts




Où d'autres vestiges sont en attente de remise en valeur




Le rempart Nord




Partout, les murs médiévaux sont présents

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire