jeudi 3 juillet 2014

CHÂTEAU DE BEAUREGARD

LE CHÂTEAU DE BEAUREGARD (88)


CHARGE DE PERCEVOIR LA « TAPE »

SITUATION :

Le château de BEAUREGARD est implanté sur la commune RAON-L'ETAPE (Vosges) au sommet de la côte du même nom à 443 mètres d'altitude.


HISTOIRE :

Ce château est aussi connu sous les noms de BELROUARD – BELRESWAR – BELROWAR – BELEWART – BELRAWART ou encore BERREGART par les alsaciens.

Il s'agit d'un château très ancien qui pourrait bien être antérieur à l'an 1000. Au XI° ou XII° siècle, il abrite des brigands qui terrorisent les voyageurs en profitant du verrou naturel des montagnes refermant la vallée de la Meurthe. Chassés, la place est occupée par les nobles de BEGGON. Un nom qui rappelle celui de BEGONCELLE, ancien nom du hameau de SAINT-BLAISE et qui possédait une saline.

Au XII° siècle le château est en ruine. C'est le duc FERRY III de Lorraine qui en ordonne la reconstruction et qui fonde à ses pieds la cité de RAVON, future RAON L'ETAPE. Notons qu'en vosgien RAON signifie « confluent ». Il s'agit ici de celui de la Plaine avec la Meurthe. Un péage spécial est instauré par le duc de Lorraine, il frappe les voyageurs empruntant ce passage obligé. Cette taxe prendra le nom de « TAPE » qui donnera son nom à la ville de RAON L'ETAPE. On sait que le château était imposant. Il est inféodé en 1279 à Mathieu de BELROUARD qui deviendra de BEAUREGARD.

En 1345, profitant de l'absence du duc de Lorraine RAOUL, ADEMAR l'évêque de METZ , ville qui est l'ennemie ancestrale de la Lorraine ducale fait assiéger le château qui sera victorieusement défendu par les bourgeois de RAON.



 La duchesse de Lorraine Isabelle 1ère

En 1431, la duchesse Isabelle ( et oui, en lorraine la couronne ducale est accessible aux femmes) fait de BEAUREGARD sa résidence secondaire. Elle épousera le roi René d'Anjou qui deviendra le duc René Ier de Lorraine.

En 1525, c'est une résidence occasionnelle des ducs, Antoine, fils de René II le vainqueur de Charles Le téméraire. Antoine y séjournera notamment après avoir massacré les paysans alsaciens révoltés à la bataille de SAVERNE. Les chevaliers lorrains tués lors des combats seront inhumés avec les ducs dans la chapelle des Cordeliers de NANCY.

Le château est abandonné vers 1594, En 1617, ses abords sont couverts de vignobles et de meix (jardins en vosgien). Les Français vont lui donner le coup de grâce en 1636 lors de la guerre de Trente-Ans, puis Richelieu s'y acharnera dans sa guerre contre la lorraine. Au cours des XVIII° et XIX° siècles, la ruine devient une carrière de pierres. Au XIX° siècle elle est rasée afin de réutiliser ses pierres pour la construction du port de flottage de bois sur la Meurthe. Sur place, on voit que les destructeurs se sont acharnés à extraire jusqu'aux pierres enterrées, n'hésitant pas à creuser de profondes tranchées comme celle dite de ''LA CAVE''. plusieurs trous sont visibles sur l'ensemble du sommet de la cote.

Au XVIII° siècle plusieurs maison d'habitation ont été érigées sur le site du château comme la maison HUSSON dans le grand fossé où encore la maison POUTOT dont le propriétaire exploitait 2,5 hectares de terres gagnées sur les ruines. BEAUREGARD était donc une forteresse gigantesque dont malheureusement on ne connait aucune description si ce n'est quel les murs du donjon avaient trois mètres d'épaisseur et qu'il y avait plusieurs tours dont celle de la citerne. Cette hypothèse correspond bien avec les dimensions de châteaux féodaux ducaux encore existants tels SIERCK ou PRENY - voir ces noms.

  
ETAT ACTUEL

Il ne reste pratiquement rien de l’orgueilleuse forteresse, mis à part un large fossé de 60 mètres de long pour 8 mètres de large coupant le sommet de la cote et séparant le château d'origine des autres parties. 600 mètres séparent ce fossé de la citerne à infiltration où la base de la tour supportant un banc et plusieurs murailles sont encore visibles. Partout sur cette distance de 600 mètres on voit des excavations et des pierres éparses. L'enceinte semble avoir englobé le sommet culminant de la montagne.

ACCÈS

En voiture, prendre la direction du menhir. Emprunter la première rue à droite après le stade et poursuivre jusqu'à une intersection avec une rue qui monte à gauche. Laisser là le véhicule. Un sentier balisé à cercle jaune conduit au site en 40 minutes.



VUES DU SITE  


Le donjon ou la tour de la citerne vu depuis le hameau de LA TROUCHE (tableau ancien)



Emprise supposée du château


Cote de BEAUREGARD, le château en occupait le sommet



Croquis d'ensemble


Partie orientale et fossé



La porterie devait se trouvez en lisière


Le fossé


Vue plongeante sur le fossé



La vallée de la Meurthe vue depuis l'esplanade du fossé


PARTIES ORIENTALES 



Cônes de gravas au dessus du fossé


Excavation


Bases d'un mur


même lieu sous un autre angle


Excavation dite de ''La Cave''


Butte du donjon


Enceinte Est





Détail d'un vestige de l'enceinte Est



PARTIES CENTRALES 



base de mur


Chaque sapin déraciné révèle des pierres



ZONE DE LA CITERNE



Abords de la citerne


Le sentier emprunte les vestiges d'un mur


Le banc matérialise l'emplacement de la tour de la citerne


La citerne (sous les branchages) 1,10 de profondeur
 pour 1050 litres de capacité



LA BERGERIE


Sa construction n'est pas contemporaine du château, mais les pierres utilisées proviennent des ruines. Aux abords plusieurs murs de soutènement pour la culture de la vigne en terrasse sont visibles.



Croquis des lieux


La bergerie au début du XX° siècle (collection particulière)



Les ruines en 2018




Murs de soutènement utilisés pour la culture de la vigne 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire