vendredi 17 avril 2015

CHÂTEAU ET ABBAYE DE REMIREMONT

LE CHÂTEAU ET L'ABBAYE DE REMIREMONT (88):

1170 ANS D'HISTOIRE ET DES RELIGIEUSES BIEN PARTICULIÈRES

SITUATION

L’ensemble abbatial de REMIREMONT occupe le centre historique de la ville. Il se compose d'une église abbatiale et d'un château destiné à l'abbesse.

HISTOIRE

L'origine de l'abbaye remonte au roi mérovingien CLOTAIRE II. C'est en 620 qu'un des seigneurs du roi nommé nommé ROMARIC fut convertit au catholicisme par SAINT-AMÉ , un ermite établi dans la forêt du FOSSART dominant SAINT-ETIENNE-LES-REMIREMONT. C'est là, sur le MONT HABEND à l'emplacement d'un oppidum, que ROMARIC va fonder son abbaye qui deviendra l'actuel SAINT-MONT. Deux communauté vont coexister. L'une d'hommes, l'autre de femmes. Les monastères dédiés à SAINT-PIERRE vivrons suivant la règle de SAINT-COLOMBAN, ce dernier ayant fondé l'abbaye de LUXEUIL-LES-BAINS (70).



Les abbesses de REMIREMONT

Vers 818, un couvent fortifié voit le jour au confluent de la Moselle et de la Moselotte. Lors des invasions hongroises de 910, des religieuses adoptant la règle de SAINT-BENOIT vont s'y établir et donner naissance à une ville par deviendra REMIREMONT ( le mont de ROMARIC) . Relevé après un incendie survenu en 1057, le monastère obtient l'exemption, ce qui signifie qu'elle va relever directement du pape. Le lieu va devenir une abbaye impériale dépendant du Saint-Empire. Au cours du XIII° siècle l'abbaye passe sous la règle canoniale et devient un chapitre de chanoinesses ouverte exclusivement aux dames de noble lignée. Les abbesses appartiendront notamment aux familles de LORRAINE, de SALM ou de BAR. Elles sont élues par la communauté et reçoivent la consécration pontificale. En 1290 Félicité Laure de DOMBASLE abbesse obtient pour elle et ses suivantes de l'empereur Rodolphe de HABSBOURG le titre de princesse d'empire. Les cinquante chanoinesses étaient choisies parmi les candidates pouvant fournir soixante quatre quartiers de noblesse dans les familles lorraines, bourguignonne ou francomtoises. Leur puissance était remarquable. Une fille du roi de France HENRI IV fut refusée car sa mère Marie de MEDICIS était d'origine roturière.
Seule l'abbesse prononce des vœux perpétuels, les chanoinesses elles, prononces des vœux temporaires. Leur costume de couleur gris perlé est granit de fourrure blanche. Elle portent aussi une mantille. L'abbaye ne possède pas de cloître. Les chanoinesses vivent librement, elles n'habitent pas un couvent, mais des hôtels particuliers et entretiennent une nombreuse domesticité. Elles n'hésitent pas à s’afficher avec des hommes et peuvent même se marier. Chacune désigne une « nièce », qui lui succédera. Le nombra maximum de ces dames fut de 72.



L'abbesse Christine de LORRAINE

Le gouvernement de l'abbaye est une monarchie, soit un état dans l'état où elle exerce un pouvoir absolu. Une élection d’abbesse donne lieu à trois jours de festin et dit-on d'orgies. En cas de décès d'une abbesse, trois mois de deuil étaient observés à REMIREMONT et quatre semaines dans les villages relevant de l'abbaye. L'administration était assurée par quatre grands officiers eux aussi d'essence noble qui géraient entre autre les 14 seigneuries qui dépendaient du chapitre.

En juillet 1638 l'armée française de TURENNE assiège REMIREMONT. L’abbesse Catherine de LORRAINE organise et dirige elle-même  la défense, mais en quelques heures les français sont victorieux.

Le 12 mai 1682 l'église abbatiale s'écroule des suites d'un tremblement de terre. Sa reconstruction sera financée par le roi LOUIS XIV. C'est l'actuel édifice.

Il faudra attendre le règne du duc de lorraine LEOPOLD Ier pour voir l'édification du château. Sa construction et due à l'initiative de l'abbesse Anne Charlotte de Lorraine, fille du duc. Elle fera sa résidence de cet édifice .



Au XVIII° siècle l'abbaye est aussi une maison d'éducation pour jeunes filles.


La révolution éclate et le 13 février 1790 la suppression des monastères est votée par l'assemblée. C'est la fin de l'abbaye de REMIREMONT qui disparaîtra le 7 décembre de la même année. A cette date il reste encore une abbesse, 31 chanoinesses et 12 nièces.

LA FÊTE DES KIRIOLÉS

Elle se déroule les lundi de Pacques. Il s'agit d'un pèlerinage semi religieux semi profane au cour duquel un bal officiel est donné par ces dames qui bien entendu l'ouvre avec un cavalier de leur choix. La fête doit son nom par le fait qu'elle était annoncée publiquement, la proclamation débutant par les termes « Criaulé, j'allons en pèlerinage... » Cette manifestation autant peu catholique qu'elle soit est pourtant approuvée par le pape, les ducs de lorraine et plus tard les rois de France qui la nomment KIRIOLETS...


ETAT ACTUEL

L'ensemble abbatial se compose d'un vaste château de style classique qui abrite aujourd'hui la mairie de REMIREMONT. Accolée au palais se dresse l'église abbatiale dont l'hôtel a la particularité de présenter des statues de divinités païennes. Des cryptes existent sous le cœur et une chapelle dite Notre Dame du Trésor, bénéficie d'une dévotion particulière.L'horloge de l'abbaye est l'oeuvre de l'horloger alsacien Jean-Baptiste SCHWILGÉ, auteur de la célèbre horloge astronomique de la cathédrale de STRASBOURG.


ACCÈS


Suivre le fléchage au centre ville.



VUES DU SITE



Vue générale. Au premier plan le château devenu mairie




Façade Est du château




Façade ouest coté gauche




Façade ouest coté droit
Nous sommes devant la maison de Jules MÉLINE qui fut un homme politique
important au XIX° siècle.




Le clocher à bulbe de l'abbatiale et son horloge




la nef principale




Les orgues




Le grand autel




Les stalles de Ses Dames




Notre-Dame du Trésor




La galerie des sarcophages


Les photos suivantes ont été prises dans une totale obscurité, ce qui explique leur piètre qualité.




Une crypte




L'église souterraine




chapelle secondaire de l'église souterraine





Accès aux cryptes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire